Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

Lors d’une conférence de presse donnée ce 2 novembre 2017 à Ouagadougou par le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP), le cas de François Compaoré, frère cadet de l’ancien chef de l’Etat, et de Yacouba Isaac Zida, le Premier ministre de la transition en exil au Canada est revenu sur la table.

Le 31 octobre dernier, le Burkina Faso a commémoré l’an III de l’insurrection populaire d’octobre 2014.  Le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP) estime que les procédures contre des dignitaires civils et militaires du régime déchu «ne semblent pas avoir beaucoup avancées». Donc, le MBDHP appelle une fois de plus à la mobilisation générale et au resserrement des rangs dans la lutte contre l’impunité le samedi 4 novembre prochain à la place de la Nation. L’information a été donnée ce jeudi 2 novembre au cours d’une conférence de presse tenu à son siège à Ouagadougou.

L’ancien président burkinabè Michel Kafando séjourne discrètement dans la capitale burundaise pour une nouvelle mission de bons offices.

L’armée nationale burkinabè a commémoré ce mercredi 1er novembre 2017 le 57e anniversaire de sa création. Placée cette année sous le thème : « l’armée et la nation, solidaires face aux défis sécuritaires du moment », la célébration a connu son apothéose ce mercredi à la place de la Nation de Ouagadougou par le cérémonial officiel de prise d’arme et de décoration sous la présidence de Roch Marc Christian Kaboré, chef suprême des armées.

«Les partis politiques membres du Cadre de Concertation du Chef de file de l’Opposition ont tenu une réunion extraordinaire le lundi 30 octobre 2017 au siège du CFOP, à Ouagadougou. Présidée par le Chef de file de l’Opposition, M. Zéphirin DIABRE, la réunion avait les points suivants inscrits à son ordre du jour :

Déjà trois ans que des fils et filles du "pays des Hommes intègres" sont tombés pour la défense de leur patrie. En ce jour mémorable, une cérémonie officielle d’hommage a été organisée ce 31 octobre 2017, à Ouagadougou par le gouvernement. C’était en présence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, des membres du gouvernement et d’illustres personnalités.

Le nom du remplaçant de Tahirou Barry à la tête du département chargé de la Culture est connu: il s’agit de Issouf Sawadogo nommé au poste de ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, ce lundi.

Dans le cadre de la commémoration de l’an trois de l’insurrection populaire des 30 et 31 Octobre 2014, l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) organise une conférence publique le mardi 31 octobre 2017 à 15 h au Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC).

La Cour d'appel de Paris a décidé le maintien en liberté de François Compaoré, poursuivi pour son implication présumée dans l'affaire Norbert Zongo, un journaliste assassiné en 1998 alors qu’enquêtait sur la mort du chauffeur du frère cadet de Blaise Compaoré. Selon le Procureur général près la Cour d'appel de Ouagadougou, Laurent Poda, «le Burkina habilitera une personne auprès des juridictions françaises pour défendre cette demande d’extradition», les jours à venir.

Ceci est un communiqué de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). Dans ce communiqué, le parti du lion invite les dirigeants actuels du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) à gérer le Burkina en référence aux aspirations du peuple insurgé. 

Ce communiqué de la direction générale de la police nationale se prononce, dans le communiqué qui suit, sur le mouvement d’humeur qui a secoué la police la semaine dernière.

La Cour d'appel de Paris a décidé le maintien en liberté de François Compaoré, poursuivi pour son implication présumée dans l'affaire Norbert Zongo, un journaliste assassiné en 1998 alors qu’enquêtait sur la mort du chauffeur du frère cadet de Blaise Compaoré.