Aujourd'hui,
URGENT
Justice: le procureur du Faso se défend d'avoir voulu humilier l'homme d'affaires Inoussa Kanazoé.
Paludisme : environ 9,8 millions de cas de  enregistrés au Burkina au cours de l'année 2016 (PNLP). 
Santé: le paludisme a tué, l'an dernier, 4.000 personnes dont 3.000 enfants au Burkina (PNLP).
Ouaga : des commerçants manifestent devant le palais de justice pour demander la libération de l’homme d’affaires Inoussa Kanazoé.
Enseignement : le Président du Faso offre 3025 livres d’une valeur de 56 millions de F CFA aux universités publiques du Burkina Faso.
France: le candidat des Républicains, François Fillon, appelle à voter pour Macron au second tour.
France: Emmanuel Macron et Marine Le Pen qualifiés pour le second tour de la présidentielle  (Estimation).
Football:  le président de la FBF, Sita Sangaré,nommé membre de la commission de développement de la FIFA.
Immigration: partis en Libye à la recherche de l’eldorado, 154 burkinabè ont été rapatriés ce 20 avril au Burkina.
Médias: après 4 ans d’interruption, la radio rurale a officiellement redémarré ses activités, le 20 avril 2017.

L’Union pour la renaissance/Parti sankariste (Unir/PS) organise son deuxième congrès ordinaire les 27, 28 et 29 janvier prochain. En prélude à cet important évènement dans la vie du parti, les responsables ont animé une conférence de presse ce lundi 23 janvier 2017 à Ouagadougou. Occasion pour Athanase Ilboudo, président du comité d’organisation du congrès, de revenir sur la fusion entre le parti et le Conseil national pour la renaissance/Mouvement sankariste (CNR-MS).

Dans cette déclaration, l’Association des journalistes du Burkina (AJB) condamne l’agression et les intimidations de toutes sortes dont le journaliste Ali Compaoré de la RTB/Télé serait victime en raison de ses prises de positions politiques lors de débats dans les médias.

Lors d'une conférence de presse animée jeudi au centre de presse Norbert Zongo, le président du Conseil national pour la renaissance/ Mouvement sankariste (CNR-MS) a porté à la connaissance des hommes de media de la dissolution de son parti lors d'un congrès extraordinaire tenu le 15 janvier 2017 à son siège.

La Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (Coder) a organisé une conférence de presse ce jeudi 19 janvier 2017 à Ouagadougou pour présenter le bilan des trois mois de ses activités et installer le nouveau bureau pour les trois prochains mois. Et c’est Gilbert Noel Ouédraogo, président de l’ADF/RDA, qui est porté à la présidence de cette coalition.

Le Caporal Madi Ouédraogo a été condamné ce mercredi 18 janvier 2017 à 15 ans de prison ferme pour complot militaire ainsi que le Sergent Mahamadi Zallé et Cheick Alassane Ouédraogo dit « ladji » (civil) par le tribunal militaire de Ouagadougou. 15 autres inculpés ont été également condamnés à 10 ans d’emprisonnement pour le même complot et 10 ont été acquittés. Gilbert Guira, (civil) qui était inculpé lui pour détention illégale d’armes à feu et de munitions de guerre a été acquitté.

 

 

Les plaidoiries des avocats de la défense se sont poursuivies ce mardi 17 janvier 2017 au tribunal militaire de Ouagadougou. Pour cette deuxième journée des plaidoiries, le tribunal a écouté 12 avocats plaidant la cause de 13 inculpés. Ce qui porte le total des deux journées à 23 plaidoiries pour 25 accusés sur 29. 

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a échangé ce mardi 17 janvier 2017 avec une délégation de la Fédération des associations islamiques du Burkina Faso (FAIB), conduite par El hadj Abdramane Sana, sur les préoccupations de la FAIB.

Après la réquisition du Commissaire du gouvernement qui a demandé entre autres 20 ans de prison ferme contre le présumé cerveau de l’attaque de la Maca, le caporal Madi Ouédraogo et de deux autres, Caporal Mahamadi Zallé et Alassane Ouédraogo dit «Laadji » pour complot militaire, place a été donnée aux avocats de la défense pour leurs plaidoiries. A la fin de cette journée du lundi 16 janvier 2017, le tribunal a reçu 11 plaidoiries avant de renvoyer la suite des plaidoiries pour  ce mardi 17 janvier 2017.

Trois militants de l’ancien parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ont été auditionnés ce lundi 16 janvier 2017 par la justice militaire dans le cadre de l’enquête sur la tentative du putsch orchestrée par l’ex Régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre les autorités de la transition.

Le commissaire du gouvernement a requis ce lundi 10 à 20 ans de prison ferme contre des soldats de l’ex Régiment de sécurité présidentielle soupçonnés d’avoir voulu attaquer Maison d’arrêt et de correction des armées (Maca) pour libération des généraux putschistes qui y sot détenus.

Dans cette lettre ouverte au Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, l’Unité d’action syndicale (UAS) proteste contre l’attitude du gouvernement burkinabè qui «s’éloigne de la promotion d’un dialogue social fécond». L'UAS interpelle le chef du gouvernement afin qu’il reconsidère ses relations avec le mouvement syndical et les mesures qu’il envisage de manière unilatérale au risque d'une détérioration du climat social.
 

L’audience de ce jeudi 12 janvier 2017 était censée être consacrée au réquisitoire du commissaire du gouvernement et aux plaidoiries des avocats de la défense. Mais au début de l’audience, les avocats ont demandé au tribunal un renvoi en vue de mieux préparer leur mémoire en défense. Renvoi qui ne posait pas également problème au parquet militaire. A cet effet donc, le président du tribunal, Seydou Ouédraogo, a renvoyé le procès au lundi 16 janvier prochain.