Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

30 septembre 2015-30 septembre 2017, cela fait deux ans que le général Djibril Bassolé est incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction de l’armée (Maca) de Ouagadougou pour son implication présumée dans le putsch manqué de septembre 2015. A l’occasion, ses partisans dont la Nouvelle alliance du Faso (NAFA) réclament sa libération.

30 ans après l’assassinat du capitaine Thomas Sankara, ancien président du Burkina Faso, le parti l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS), attend et réclame toujours justice. A l’occasion de la commémoration du 15-Octobre, date anniversaire de l’assassinat du père de la révolution d’août 1983, le parti que dirige Me Benwendé Sankara, par ailleurs, avocat de la famille Sankara, entend mener bon nombre d’activités et place cette commémoration sous le signe du «processus révolutionnaire». Ils l’ont fait savoir à travers une conférence de presse le vendredi 29 septembre 2017 à Ouagadougou.

Younoussa Sanfo est officiellement installé dans ses fonctions de président par intérim du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) par la secrétaire générale de la présidence du Faso, Désirée Chantal Boni/Nignan, ce matin du 29 septembre 2017. Nommé par arrêté du président du Faso, du 13 septembre 2017, Monsieur Sanfo remplace le professeur Benoît G. Kambou qui a passé environ 20 mois à la tête de l’institution avant de remettre sa démission au président du Faso Roch Marc Christian Kaboré.

La grande chancellerie du Burkina Faso vient de se doter d’un nouveau siège à Ouagadougou. L’inauguration de ce local sis à Ouaga 2000, a eu lieu ce jeudi 28 septembre 2017, en présence du chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré. Ce fut également l’occasion pour André Roch Compaoré, grand chancelier des ordres burkinabè, d’exprimer sa satisfaction pour les résultats issus de l’atelier national de validation des réformes des ordres burkinabè.

S. E. Mme l'ambassadeur Marie Zaba-Nikiéma au milieu de quelques Burkinabè des Pays-Bas.

Les Burkinabè vivant aux Pays-Bas ont accueilli dimanche 09 septembre 2017, dans l’allégresse à Amsterdam, leur nouvel ambassadeur S.E. Mme Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma.

La deuxième session ordinaire de l’année 2017 de l’Assemblée Nationale s’est ouverte ce mercredi 27 septembre 2017. Conformément à la loi fondamentale, elle ira jusqu’au vendredi 22 décembre 2017. Durant cette session parlementaire, plusieurs questions orales et écrites constitueront les points à aborder par les élus de la représentation nationale.

L’une des décisions majeures du  conseil des ministres de ce mercredi 17 septembre 2017 est la nomination de Saran Séré Sérémé comme Médiateur du Faso. La présidente du Parti pour le développement et le changement (PDC), remplace ainsi Alima Déborah Traoré/Diallo, dont le mandat est arrivé à expiration.

Dans cette lettre ouverte, des militants de l’Union pour le progrès et le changement (UPC-opposition) demandent à  R. Elisée Kiemdé, exclu du parti, de remettre son mandat à son suppléant.

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, grand maître des Ordres burkinabè a procédé ce mardi 26 septembre 2017 à Ouagadougou à l’ouverture de l’atelier national de validation des propositions de réformes des ordres burkinabè. Durant les trois jours de cet atelier, les participants auront pour mission de valider les propositions des textes régissant la grande chancellerie des ordres burkinabè.

Communication gouvernementale, terrorisme, sécurité, Koglwéogos, incivisme… sont, entre autres, les préoccupations d’intérêt public et national abordées dans cette interview par le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement. Dix-huit mois après sa nomination au sein du gouvernement burkinabè, l’ancien porte-parole des sans-voix prend de plus en plus la mesure de ses nouvelles fonctions. Il apprend ainsi à mieux appréhender les défis énormes à relever pour le bien de la nation et à… «privilégier un propos beaucoup plus construit et plus en phase avec la totalité des points de vue gouvernementaux qui s’exprime dans un Conseil des ministres». Entretien.

Depuis septembre 2015, le Burkina Faso a adopté une loi se rapportant au principe de l’assurance maladie universelle. Afin de permettre l’opérationnalisation dudit dossier, le chef du gouvernement a eu une séance de travail avec les ministres concernés par la question. C’était à l’occasion d’un conseil de cabinet tenu ce lundi 25 septembre 2017.

Dans un entretien qu’il a accordé au magazine Jeune Afrique, François Compaoré, frère cadet du chef de l’Etat assure qu’il se mettra à la disposition de la justice Burkinabè s’il obtenait la garantie d’un procès équitable.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé