Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

MONDE

Depuis l’Europe où il a été contraint de regagner après l’émission d’un mandat d’arrêt contre lui, Guillaume Soro bat le rappel de ses troupes. 

«Je viens de me poser. Depuis deux jours, j’étais privé de mes moyens de communication. J’étais obligé de passer par @Ceschod pour tweeter. À présent je suis opérationnel. Et la lutte ne fait que commencer», a lancé Guillaume Soro sur les réseaux sociaux.

«Ado a tort de faire ce qu’il fait. À présent je vais consacrer toute ma détermination à ce combat. Le combat pour l’état de droit. Le combat pour la démocratie. L’imposture ne passera pas. Je me suis trompé sur Ado et je le reconnais humblement. Je n’avais pas imaginé que le FMI formait des autocrates», a-t-il poursuivi. 

L’ancien chef de la rebellion ivoirienne est visé par un mandat d’arrêt émis par les autorités ivoiriennes. Le procureur de la République de Côte d’Ivoire, Richard Adou, lors d’une déclaration télévisée, a indiqué que l’ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire est sous le coup d’un mandat d’arrêt international aux motifs de tentative de déstabilisation et de détournement de deniers publics.

Sa résidence à Abidjan a été saisie. Et pour ses proches, l’accusation de tentative de déstabilisation ne vise qu’à l’écarter de la course à la présidentielle. 

«En ce qui concerne l’accusation fallacieuse de déstabilisation qui reposerait sur un enregistrement audio, monsieur Guillaume Kigbafory Soro ne reconnait qu’une seule déstabilisation, celle du 19 septembre 2002 pour le compte de l’actuel président de la République, monsieur Alassane Dramane Ouattara», répond ainsi Me Affoussiata Bamba, ancienne ministre de la Communication et proche de Guillaume Soro.

L’ancien président de l’Assemblée nationale, qui devait regagner Abidjan lundi après-midi, après une tournée de plusieurs mois en Europe, a finalement dérouté son vol vers Accra, avant de redécoller pour l’Espagne, avant de se rendre en France selon certaines sources.