Aujourd'hui,
URGENT
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants

©AFP

MONDE

Le président déchu Zine El Abidine Ben Ali, 83 ans, est décédé hier jeudi 19 septembre en Arabie Saoudite, où il vivait en exil depuis la révolution de 2011.

Après plus de deux décennies de pouvoir, Ben Ali avait été renversé début 2011 par un mouvement populaire, point de départ d’une vague de révoltes dans la région connue sous le nom de “Printemps arabes”.

Il avait fui, le 14 janvier 2011, dans des conditions rocambolesques, vers Jeddah, en Arabie saoudite, où il vivait depuis en exil avec sa famille. Des rumeurs sur sa mort ont circulé à plusieurs reprises ces dernières années.

Le 12 septembre, Me Ben Salha avait déclaré que le président déchu se trouvait “dans un état critique”. Il avait ensuite démenti les rumeurs de décès. “Il n’est pas mort, mais son état de santé est mauvais. Il est sorti de l’hôpital et se soigne actuellement chez lui. Son état de santé se stabilise”, avait-il indiqué à une radio locale. Réagissant à ces dernières “rumeurs”, le Premier ministre tunisien Youssef Chahed avait assuré qu’il était prêt à donner son “feu vert pour son retour”.

C’est un cas humanitaire. S’il est malade, comme le disent les rumeurs, il peut rentrer dans son pays comme tout Tunisien”, avait dit M. Chahed, interrogé sur la chaîne Hannibal TV. “S’il veut rentrer pour être enterré ici, je donne mon feu vert”. Peu après l’annonce du décès jeudi, le lieu des funérailles —Arabie saoudite ou Tunisie— restait inconnu.

En 2018, à l’issue de procès par contumace pour “homicides volontaires”, “abus de pouvoir” ou encore “détournements de fonds”, il avait été condamné par contumace à de multiples peines de prison, dont plusieurs à perpétuité.

Source: Africanews

 

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé