Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Le procès du putsch manqué de 2015 de nouveau renvoyé au 29 juillet, dans l'attente d'une décision du Conseil constitutionnel. 
Football: Kamou Malo, précédemment coach de l'USFA, est le nouveau sélectionneur des Etalons (communiqué FBF).  
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France

MONDE

Près de 40 migrants ont été tués mardi 2 juillet 2019 quand leur centre de détention dans la banlieue de Tripoli a été la cible d’un bombardement attribué aux forces du maréchal Khalifa Haftar. Le bilan pourrait s'alourdir.

Une frappe aérienne a tué une quarantaine de personnes en Libye, dans la banlieue de Tripoli. Le centre de détention de Tajoura, qui abritait au moins 120 migrants, a été touché deux fois en cinq minutes. Le bilan pourrait s'alourdir puisqu'il y a eu au moins 80 blessés lors de cette attaque, selon un porte-parole des services de secours libyen.

Selon Boubacar Seye de l’ONG Horizon sans frontières, indique que plus de 100 migrants ont été tués. Il annonce le chiffre de 200 blessés lors du raid aérien. Parmi les victimes, il y’aurait des Sénégalais, des Guinéens, des Gambiens, des Erythréens, etc. 

La banlieue de Tajoura, qui compte plusieurs sites militaires appartenant aux groupes armés pro-gouvernement d'union nationale, est régulièrement la cible de raids aériens.

Personne ne revendique. Mais le GNA accuse l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, d'un crime odieux, précis et prémédité. Alors que l’ANL, quant à elle, nie avoir touché le centre de migrants. Elle reconnait avoir visé la zone, mais en usant de frappes de «précision» uniquement contre des sites militaires.

Plus de 600 000 migrants sont pris au piège entre les factions rivales. 

Avec agences

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé