Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

MONDE

L’ancien président de la République du Bénin, Thomas Boni Yayi est convoqué au Tribunal de première instance de Cotonou pour le vendredi 7 juin 2019 selon le site La nouvelle tribune du Bénin. Selon le quotidien, maître Renaud Agbodjo, avocat de l’ancien chef de l’Etat béninois, a confirmé cette information qui circulait sur les réseaux sociaux depuis la matinée de ce jeudi.

Le conseil précise que Boni Yayi est attendu devant le juge d’instruction du 4ème cabinet, Auber Kodjo. Pour l’heure, aucune précision n’est donnée sur l’objet de cette convocation. Mais tout porte à croire que cela est relatif au dossier des 1er et 2 mai dernier.

En effet, depuis plus d’un mois, après les soulèvements populaires suite à la militarisation du domicile de l’ancien président à Cadjèhoun, il est sous résidence surveillée. Dans le procès des personnes arrêtées lors de ces événements des 1er et 2 mai, le juge Azo s’est déclaré incompétent la semaine dernière. Le dossier a été renvoyé devant un juge d’instruction.