Aujourd'hui,
URGENT
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde
Soudan: retour au calme à Khartoum malgré la suspension des pourparlers
Burkina: 88 conventions à hauteur de 1 176 milliards de F CFA signées en 2018 (Discours sur la situation de la nation)
Burkina: le Premier ministre Dabiré a exposé ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la nation, pour lui le bilan est plutôt satis
Niger: 17 militaires tués et 11 autres  portés disparus au cours d'une embuscade à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali

MONDE

Le pasteur Patrick Mugadza été arrêté par la police le lundi 16 janvier, sans doute pour avoir annoncé la mort prochaine du président zimbabwéen Robert Mugabe. En effet, au cours d’une conférence de presse qu'il a animée le jeudi dernier, le pasteur est même allé jusqu'à préciser que cette mort surviendra le 17 octobre 2017.

 

Aux dires de son avocat, Patrick Mugadza a dans un premier temps été inculpé pour « atteinte à l’autorité du chef de l’État », avant d’être finalement arrêté pour «insulte vis-à-vis de personnes pratiquant une religion ». Le moins que l'on puisse dire, c'est que le pasteur Mugadza fait partie des figures de la société civile à la pointe de la contestation anti-Mugabe. Il a d’ailleurs déjà été jugé pour avoir arboré sans autorisation le drapeau national, un délit au Zimbabwe depuis que ce symbole a été utilisé par des manifestants anti-Mugabe en 2016.

Rappelons qu'en 2015 aussi, Patrick Mugadza avait été arrêté pour avoir, semble-t-il, défié le chef de l’État lors d’un congrès de la Zanu-PF (le parti au pouvoir). A l'occasion de ce congrès en effet, le pasteur a brandi une pancarte sur laquelle l’on pouvait lire : « Les gens souffrent, Monsieur le président ». Il entendait ainsi faire allusion certainement à la crise économique que traverse le Zimbabwe depuis une quinzaine d’années.

L'autre sortie publique hostile au président Mugabe, tient à l'accrochage – à l'occasion de la fête d'indépendance en avril dernier - d'un sermon à un lampadaire à Harare (la capitale du pays), façon pour lui de symboliser le manque de liberté au Zimbabwe.   A noter qu'en décembre dernier, Robert Mugabe au pouvoir depuis 1980 et qui aura 93 ans en février, a été investi – par son parti - comme candidat à la présidentielle de 2018.

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé