Aujourd'hui,
URGENT
esclavage de migrant: la Libye exprime "son refus catégorique et condamne fermement ce genre de pratique inhumain" 
Burkina Faso: Ousmane Guiro (ex Dg des Douanes) convoque l’Etat burkinabè devant la Cour de justice de la Cédéao (AIB)  
Situation en Libye: le Burkina a décidé du rappel de son ambassadeur pour consultation (Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères) 
Province du Lorum: Des individus non identifiés ont attaqué ce lundi, une équipe de patrouille du district de police de Banh (AIB)
Kenya: la Cour suprême valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
Zimbabwe : Robert Mugabe destitué de la présidence de son parti, la Zanu-PF.
Nécro : décès ce 18 novembre à Abidjan de Youssouf Ouédraogo, ancien Premier ministre et ancien ministre des Affaires étrangères.
Filo 2017: la 14e édition placée sous le thème "livre et lecture dans le cadre familial"(23 au 26 novembre)
Zimbabwe: Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée
Burkina Faso: Blaise Compaoré sort de son silence et dément tout lien avec les terroristes basés au Sahel 

MONDE

L’examen du recours du président sortant de la Gambie, Yahya Jammeh n’aura pas lieu ce mardi. Il a été renvoyé selon nos confrères de BBC jusqu’en mai prochain, par la Cour suprême.



Selon la même source, 9 personnes se sont réunies au siège de la Cour suprême à l’ouverture de l’audience ce mardi matin. Puis, ces dernières ont informé le représentant de Yahya Jammeh de l'absence du président de la Cour suprême qui ne sera disponible qu'en mai et lui ont demandé s'il confirme la plainte du président sortant à cette date. Le président Jammeh aurait répondu par l'affirmative.

En rappel, Yahya Jammeh avait nommé cinq juges devant siéger à la Cour suprême pour statuer sur le recours de son parti qui demande l'annulation de l'élection présidentielle du 1er décembre dernier. Laquelle élection a été « officiellement » remportée par l'opposant Adama Barrow. Mais aux dernières nouvelles, les cinq juges ne sont pas arrivés à Banjul la capitale gambienne. Ces cinq juges étrangers sont notamment des nigérians et des Sierra-Léonais sollicités par le président sortant.