Aujourd'hui,
URGENT
Egypte: l'Onu demande une enquête indépendante sur la mort de l'ancien président Mohamed Morsi
Gabon: colère des femmes gabonaises après la suppression du ministère dédié à l’Égalité
Burkina: le CICR renforce les capacités des journalistes sur la couverture «responsable» des conflits armés
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 
Procès Putsch: le parquet militaire demande la destitution des généraux Diendere et Bassole de leur grade. 
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat

MONDE

Devant la Représentation nationale ce lundi 8 octobre le président éthiopien Mulatu Teshome annoncé qu’il va désormais délivrer des visas à l’arrivée pour tout voyageur africain.

Avec cette annonce, une nouvelle politique d’immigration de l’Éthiopie semble s’opérationnaliser. Du reste, elle devrait couvrir l’exercice budgétaire 2018-2020. C’est du moins, l’assurance donnée par le président éthiopien.

L’on se rappelle qu’en juin dernier, le pays a déjà annoncé la délivrance de visa en ligne afin de doper son tourisme et ainsi accroître la réputation de sa compagnie aérienne nationale. Mais l’autre réalité, c’est que depuis l’arrivée du nouveau Premier ministre Abiy Ahmed, en avril dernier, l’Éthiopie est dans une phase d’ouverture, tant sur le plan économique que politique. Dans la foulée, le pays a entrepris notamment d’ouvrir le capital de certaines entreprises publiques à des capitaux étrangers. Un plan qui s’accommode aisément de la nouvelle politique migratoire. Déjà, c’est un pays qui ne cache pas son aspiration à adhérer à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Dans la même dynamique, Addis-Abeba a effectué – sur le plan politique – un rapprochement étroit avec certains de ses voisins, dont l’ancien ennemi intime, l’Érythrée avec lequel les relations diplomatiques ont repris. A tout le moins, ces initiatives cadrent avec l’agenda 2063 de l’Union africaine. Un agenda qui milite en faveur d’une intégration effective en Afrique.

Mais cette vision ne semble pas actionner certains États, notamment en ce qui concerne l’ouverture des frontières, tandis que des pays comme Seychelles (précurseur en la matière), le Rwanda, le Bénin et tout récemment le Kenya ont déjà passé le pas en ouvrant leurs frontières.

NotreAfrik

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé