Aujourd'hui,
URGENT
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)
Evènement: : les présidents Akufo Addo du Ghana et Issoufou du Niger attendus au Rebranding Africa Forum de Ouagadougou.   
Terrorisme:: 8 personnes tuées dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 dans une double attaque dans la Région de l'Est. 
France: Emmanuel Macron reconnaît le rôle de l'Etat dans la mort de Maurice Audin
Ghana: Kofi Annan repose désormais au cimetière militaire d’Accra
Karangasso-Vigué: trois morts et une dizaine de blessés après des affrontements entre Dozo et Koglweogo (RTB)

MONDE

Emmanuel Ramazani Shadary, sera le candidat du Front commun pour le Congo (FCC), la coalition au pouvoir en RDC, à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018, selon une annonce faite par Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais et membre du FCC, ce mercredi 8 août 2018, date butoir pour le dépôt des candidatures au scrutin présidentiel.

Emmanuel Ramazani Shadary, secrétaire permanent du PPRD, né en 1960 dans la province du Maniema (est de la RDC). Il est marié et père de huit enfants. Il tentera de s’installer dans le fauteuil présidentiel en remplacement du président Kabila, dont il est l’un des plus fidèles lieutenants et qui ne pouvait pas se représenter d’après la Constitution.

Député élu en 2006 et 2011 dans la circonscription de Kabambare, dans le Maniema, où il est né, Ramazani Shadary exerce depuis début 2018 les fonctions de secrétaire permanent du PPRD, le parti présidentiel. 

Auparavant, il a dirigé le groupe parlementaire PPRD à l’Assemblée nationale, avant d’assumer les fonctions de coordonnateur de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale.

Frappé en 2017 par des sanctions de l’UE pour violations des droits de l’Homme, M. Ramazani Shadary va devoir affronter une dizaine de candidats dont l’ancien vice-président Jean-Pierre Bemba, Félix Tshisekedi ou encore Vital Kamhere.