Aujourd'hui,
URGENT
Education: le Burkina et la Coopération suisse signent ce 27 avril deux accords de financement d’un montant de 12 milliards de FCFA.
Banankeledaga : le bacillus anthracis responsable de la mort d’une soixantaine de bœufs le 18 avril dernier (MRAH).
Fonction publique : au total 22 755 postes à pourvoir dont 4 278 pour les concours professionnels.
Fonction publique: 11 096 postes à pourvoir pour les concours directs.
Fonction publique: 7 381 postes à pourvoir au titre des mesures nouvelles.
Fonction publique: 205 médecins, pharmaciens, chirurgien-dentistes seront recrutés cette année, contre 150 en 2016.
Centrafrique:  la Burkinabè Adelaïde Dembélé nommée juge d’instruction à la Cour Pénal Spéciale de la République Centrafricaine.
Police: le contrôleur général de police, Jean-Bosco Kienou, nommé directeur général de la police nationale.
Police: Le directeur général, Lazare Tarpaga, a rendu sa démission.
Justice: le procureur du Faso se défend d'avoir voulu humilier l'homme d'affaires Inoussa Kanazoé.

MONDE

Ce jeudi le leader historique de Boko Haram, Abubakar Shekau, a contesté dans une nouvelle vidéo les affirmations du gouvernement nigérian selon lesquelles son groupe a été chassé de la forêt de Sambisa.


La vidéo, qui aurait été tournée le 25 décembre dernier, dure 25 minutes et montre Abubakar Shekau entouré de combattants cagoulés et armés. «Nous sommes en sécurité, nous n’avons été chassés de nulle part. Et les tactiques et les stratégies ne peuvent pas révéler notre position, sauf si Allah le veut», y affirme Shekau.
Dans un communiqué rendu public le samedi 24 décembre, le président nigérian Muhammadu Buhari avait affirmé que l'armée nigériane a infligé un « écrasement » à la secte islamiste Boko Haram.

L'opération a été menée à terme après plusieurs mois de traque dans la forêt de Sambisa. Une forêt étalée sur environ 1 300 km2 dans l’Etat du Borno, où des combattants de ladite secte ont trouvé refuge à la suite d'attaques meurtrières non seulement contre les populations civiles mais aussi contre l'armée nigériane.

Des mensonges, selon le chef islamiste, qui tance les autorités du pays : «Vous ne devriez pas mentir aux gens. Si vous nous avez écrasés, comment pouvez-vous me voir ainsi ? Combien de fois nous avez-vous tués?».

Aboubacar Shekau promet aux Nigérians que la guerre est loin d’être terminée. «Oh peuple du Nigeria, vous n’avez pas encore de répit », lance encore le chef djihadiste. Et de conclure : « Notre but est d’établir un califat islamique et nous avons notre propre califat, nous ne faisons pas partie du Nigeria ».