Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

MONDE

Le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) a annoncé la mort d’un de ses fondateurs dans l’incendie « suspect » de sa maison, dans la nuit de samedi à dimanche à Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo. Une annonce faite ce dimanche 10 juin où ses camarades parlent d’acte criminel ayant entrainé d’un intrépide combattant.  

En attendant que l’origine de cet incendie soit connue, les militants de la LUCHA se posent beaucoup de questions : Que s’est-il alors passé pour que Nkululu ait trouvé la mort ? L’incendie était-il lié à un court-circuit électrique ? Une bonbonne de gaz ?

Déjà, ils privilégient la piste criminelle. C’est du moins, ce que confie Espoir Ngalukiye, un autre militant de la LUCHA à Goma, en ces termes : « Nous pensons que c’est criminel », car, précise-t-il, « Il n’y avait pas d’électricité cette nuit. Il n’avait qu’un panneau solaire. Ils avaient également fini avec la cuisson. Cela s’est passé vers minuit ». A en croire, M. Ngalukiye, « Il vivait avec sa sœur qui était à l’extérieur de la maison au moment de l’incendie. Il avait réussi à faire sortir quelques documents de valeur par la fenêtre, mais lui-même ne s’en est pas sorti ».

Selon Ghislain Muhiwa, l’un des responsables de ce mouvement des jeunes indignés basé à Goma (Nord-Kivu), « Luc Nkulula est décédé dans un incendie suspect dans sa maison, dans la nuit de samedi à dimanche ». Et d’ajouter, « Nous soupçonnons les ennemis de la démocratie et de la paix d’être responsables de cet acte lâche sur la personne de notre camarade, même si jusque-là, nous ignorons l’origine du feu ».

Sur le compte Twitter de la LUCHA, l’on a pu lire : « Tu étais l’incarnation même de notre intrépidité, de notre esprit rebelle, de notre amour sans borne pour le Congo ». Et Timo Mueller, chercheur sur la RDC à Human Rights Watch a écrit sur sa page Facebook : « Il était devenu l’une des icônes de la jeunesse congolaise ce jour du 22 décembre 2016 lorsqu’il s’est tenu debout sur un camion de police, le point levé comme pour défier la répression des manifestations par le pouvoir (contre la prolongation du mandat de Joseph Kabila, Ndlr) »

A noter que Luc Nkulula est l’un des fondateurs de la Lucha, un mouvement pro-démocratie farouchement opposé au maintien au pouvoir du président congolais Joseph Kabila, au-delà de la fin de son mandat, qui a expiré le 20 décembre 2016.

En mi-août 2016, il était le porte-parole de Lucha lors d’une audience à Goma avec le président Kabila. En effet, suite au glissement à deux reprises du calendrier électoral, la RDC vit depuis fin 2016 une crise politique aigue marquée notamment par des manifestations réclamant principalement le départ de Joseph Kabila dont le deuxième et dernier mandat a pris fin depuis 2016. Et Luc Nkulula reste jusqu’ici l’un des rares sinon l’unique à avoir dit en face à Kabila de jeter l‘éponge. C‘était lors d’une rencontre à Goma en 2016 entre le Chef de l’État congolais et une cinquantaine de membres de la LUCHA. Arrêté à plusieurs reprises, Nkulula n‘était pas de nature à reculer devant la répression ou l’intimidation.

Source: NOTREAFRIK

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé