Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

MONDE

Entamé le 18 décembre dernier, le procès de l’ancien ministre ivoirien de la fonction publique, Hubert Oulaye, sous l’ère Laurent Gbagbo a connu son verdict ce mardi 26 décembre 2017. A la barre aux côtés de son co-accusé Maurice Djiré, Hubert Oulaye et ce dernier se sont vus condamnés à 20 ans de prison sans mandat de dépôt.  

Poursuivi pour complicité d’assassinat de dix-huit personnes, dont sept soldats de l’Onu, par la cour d’assises d’Abidjan, Hubert Oulaye reconnu coupable a été condamné à 20 ans de prison.  Dans la foulée, celui-ci n’a pas manqué de marquer son indignation face à cette décision de justice. « C’est une condamnation sans preuve. C’est une condamnation politique », a-t-il réagi.

Par ailleurs durant l’audience, Mireille Kouassi l’avocate générale, avait requis la réclusion à vie pour les accusés, que sont Hubert Oulaye, et Maurice Djire. En effet, ceux-ci étaient à la barre dans le cadre de la mort de ces 18 personnes lors d’une attaque dans l’ouest de la Côte d’Ivoire en juin 2012.

Alors que les avocats de la défense promettent un pourvoi en cassation, Mireille Kouassi quant à elle confie qu’ «il ne s’agit pas d’un procès politique ». Selon cette dernière, il convient dans cette situation de s’en tenir aux faits. Car elle assure que « de manière évidente, Hubert Oulaye a fourni les moyens financiers en vue de l’installation d’une rébellion dans l’Ouest ». Par cet acte qu’elle évoque, l’avocate générale soutient que « le complice est parfois plus dangereux que l’auteur ».

A contrario c’est un sentiment amer qu’a tenu a exprimé la partie en charge de la défense de l’ex ministre. L’un des avocats, en l’occurrence Rodrigue Dadjé, « cette condamnation à 20 ans est une décision politique. Elle est plus faite pour mettre Hubert Oulaye hors d’état de nuire sur le plan politique afin qu’il ne gêne pas ». A-t-il précisé avant d’ajouter « j’ai honte de la justice ivoirienne. Le dossier est vide ». De ce fait, il estime la cour aurait dû prononcer « un arrêt de non-lieu pur et simple ».

Précisons que M. Oulaye qui a pu regagner son domicile, a par ailleurs fait deux ans de détention préventive entre mai 2015 et juin 2017. Celui-ci avait été arrêté six mois après son retour d’exil du Ghana.

 

 

 

Des mots pour le dire...

Sondage

Le 31 mai 2018, l’Assemblée nationale a adopté un nouveau code pénal qui abolit la peine de mort au Burkina Faso. Pour vous, c'est:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé