Aujourd'hui,

© Rapport Perspectives énergétiques des populations pauvres 2016

ENVIRONNEMENT

Dans un rapport intitulé Perspectives énergétiques des populations pauvres, Practical Action, une organisation caritative d’aide au développement, fait le constat que les objectifs majeurs définis par les dirigeants mondiaux pour réduire la pauvreté et favoriser l’accès à l’énergie moderne ne seront pas atteints si les procédures actuelles de planification ne sont pas revues. Le rapport exhorte ainsi les dirigeants du monde à cesser de se voiler la face et à se tourner vers les énergies renouvelables autonomes.

 

Conscientes que l’énergie est vitale pour le développement économique sous toutes ses formes, les Nations unies ont consacré un axe dédié à cette question dans les Objectifs de développement durable (ODD). Le septième de ces ODD vise ainsi, tout spécifiquement, à garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes à un coût abordable à l’horizon 2030. Mais si l’élimination de la pauvreté énergétique mondiale est devenue une priorité internationale, les gouvernements ainsi que les divers acteurs et institutions intervenant dans ce domaine ne disposent cependant toujours pas des outils et des approches nécessaires pour concrétiser cet important objectif.

L’une des raisons principales de cet échec réside, selon le rapport 2016 sur les besoins des communautés pauvres en énergie en Afrique de l’Ouest, dans le fait que les approches actuelles ne comprennent pas et ne prennent pas en compte de manière significative les réalités des populations pauvres en énergie, ni les technologies les plus adaptées pour répondre à leurs besoins. Intitulé Perspectives énergétiques des populations pauvres, ce rapport constitue le premier volume d’un guide en trois parties destiné à redéfinir comment le monde doit réfléchir et agir en matière de fourniture de services énergétiques si nous souhaitons éradiquer la pauvreté énergétique d’ici 2030, conformément aux objectifs mondiaux. Ainsi, en attendant l’édition de 2017 qui se focalisera sur le financement de plans nationaux d’accès à l'énergie, et celle de 2018 qui ambitionne de montrer comment fournir un accès universel à l’énergie en pratique, la présente édition du rapport, produit par Practical Action, se concentre sur la planification et sur l’élaboration de politiques pour un accès universel à l’énergie.

Le rapport de 2016 montre ainsi que les objectifs majeurs définis par les dirigeants mondiaux pour réduire la pauvreté et favoriser l’accès à l’énergie moderne ne seront pas atteints parce que les procédures actuelles de planification ne sont pas adaptées. Sur la base de preuves recueillies au sein des communautés pauvres en énergie au Togo, en Afrique de l’Est et au Bangladesh, les experts en énergie de Practical Action soulignent notamment «de graves insuffisances dans la plupart des pays pauvres en énergie lorsqu'il s’agit de faire face aux impacts sanitaires et environnementaux de la cuisine à foyers ouverts, qui tuent plus de quatre millions de personnes par an». Plus que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis! Aussi, le rapport invite-t-il les hommes politiques et les experts en développement à revoir les raisons des choix de leur approche de la planification et du financement de l’énergie.

«Nous travaillons depuis de nombreuses années avec les gouvernements en Afrique. Certains font des progrès pour apporter de l’énergie fiable à tous et sont à féliciter», a noté Dr Lucy Stevens, auteur du rapport. Pourtant, précise-t-elle, ce n’est pas le cas dans de nombreux pays. «Des milliards de pauvres veulent et ont besoin d’une énergie fiable pour pouvoir éclairer leur maison, cuisiner en toute sécurité et alimenter les ventilateurs afin d’apporter de la fraicheur dans leurs maisons et c’est tout simplement inacceptable que de nombreux ministères de l’Energie et certaines banques du développement continuent de donner la priorité à des réseaux coûteux pour des industries offrant peu d’avantages aux populations en général.» En tout état de cause, et alors que les prévisions actuelles sur la persistance de la pauvreté énergétique en 2030 présentent un tableau plutôt sombre, «il est encore temps de faire quelque chose en rééquilibrant les plans nationaux en faveur de solutions décentralisées», prévient Dr Stevens qui martèle que «cela doit être fait maintenant»!

Pour Aaron Leopold, coauteur du rapport, «nous devons maintenant sensibiliser les dirigeants nationaux sur la façon dont ce progrès technologique doit être intégré dans les processus nationaux de planification et de formulation des politiques, et sur la nécessité de renforcer les capacités des travailleurs nationaux pour installer, entretenir et réparer ces systèmes d’énergie essentiellement renouvelables». Et de noter que: «La recommandation la plus importante dans ce rapport est que nous devrions nous concentrer sur les besoins de l’utilisateur final au lieu des priorités supposées déterminées dans les capitales.» En effet, poursuit-il, «notre travail a permis de montrer que les résultats de ces exercices inversés de planification sont meilleurs en termes de qualité et sont pratiquement sans aucun coût supplémentaire».

Cinquième d’une série de rapports sur l’impact de l’accès à l’énergie et de sa pénurie sur la vie des personnes pauvres à travers le monde, Poor People’s Energy Outlook (Perspectives énergétiques des populations pauvres) vient comme un marqueur pour rappeler l’importance de l’accès à l’énergie pour tous, qui doit être abordé, selon l’une des conclusions du rapport, «à travers une gamme de solutions comprenant les réseaux, les mini-réseaux et les systèmes domestiques autonomes». Pour y arriver, il faudra, recommande encore le rapport, «investir davantage dans la formation et le renforcement des capacités, la fourniture d’outils et d’équipements pour des approches nouvelles».

En tout cas, au regard des données actuelles, «l’accès universel à l’énergie ne pourra probablement pas être atteint d’ici 2030 en faisant appel à des approches conventionnelles», indique encore Aaron Leopold, responsable mondial pour la promotion de l’énergie chez Practical Action. Toutefois, ajoute-t-il, «cet objectif reste accessible si l’on privilégie des formes d’accès élémentaires mais judicieuses». En effet, le développement de l’électrification sur le continent peine à suivre la croissance démographique. Ainsi, selon l’édition 2015 du rapport de suivi de l’initiative Énergie durable pour tous, «environ 35% des Africains avaient accès à l’énergie en 2012, contre 32% en 2010. Dans 19 pays du continent, moins d’un habitant sur cinq était raccordé à l’électricité en 2012».

De fait, la situation d’ensemble est assez contrastée. «Certains pays progressent de manière sensible: l’Éthiopie, le Nigéria et l’Afrique du Sud font partie des champions mondiaux de l’électrification entre 2010 et 2012. Tandis qu’au Mali, au Rwanda et en République du Congo, le taux d’électrification a été plus rapide que l’accroissement de la population. Enfin, les autorités du Kenya et du Rwanda ont adopté des objectifs ambitieux en la matière». Le défi est donc énorme, indique la Banque mondiale: «Si elle veut atteindre l’ODD 7, l’Afrique va devoir raccorder à l’électricité plus de 60 millions d’habitants par an, soit plus que doubler ses performances actuelles (24 millions)».

L’alerte de Practical Action — organisation caritative d’aide au développement qui s’attaque à la pauvreté en renforçant les capacités des personnes pauvres tout en améliorant leur accès à des options technologiques et des connaissances techniques mieux adaptées —, vient donc à point nommé pour créer une synergie d’actions afin de relever cet important et crucial défi. «Ce dont nous avons besoin, c’est que toutes les parties prenantes — pouvoirs publics, société civile, fournisseurs d’énergie et consommateurs — œuvrent ensemble pour faire de l’énergie durable pour tous une réalité», constate, fort à propos, Anita Marangoly George, directrice principale du pôle d’expertise en Énergie et industries extractives de la Banque mondiale.

__________________

Pour plus d’informations sur le rapport Poor People’s Energy Outlook (Perspectives énergétiques des populations pauvres) ou pour rencontrer les auteurs du rapport, veuillez contacter:

Billy Yarro

Responsable Energie Afrique de l’Ouest (Sénégal)

Tél.: (+221) 784 588 328

http://practicalaction.org/consulting

Minata Coulibaly
West Africa knowledge & communication manager 

Bureau régional Dakar, Sénégal

Tél. (+221) 77 881 2781

 

Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site web: http://practicalaction.org/fr 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Jugez-vous important de mettre en place au Burkina un gouvernement paritaire Hommes-Femmes pour une meilleure représentativité des femmes dans les centres de décision?

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé