Aujourd'hui,
URGENT
RDC: l'armée affirme avoir tué le chef de la rébellion rwandaise FDLR
Burkina: les télévisions privées débourseront 75 millions de FCFA par an pour la redevance TNT
Hadj 2019: 2 agences de voyage suspendues, 6 décès enregistrés dans la délégation burkinabè 
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés
Cyclisme: Le Burkinabè Bachirou Nikiéma remporte le grand prix de la ville d'Abidjan
Cédéao: Mise en place d'un plan quinquennal de lutte contre le terrorisme d'un montant de près 596 milliards de FCFA
Cyclisme: le Burkinabè Paul Daumont remporte le tour cycliste international de Côte d'Ivoire
Cameroun: le président Paul Biya convoque "un grand dialogue national" sur la crise au Cameroun anglophone

©Dr

ENVIRONNEMENT

La voûte nubienne est un procédé architectural ancestral venu de l’Egypte antique. Cette technique est dit-on adaptée à certaines régions africaines. Mais que renferme exactement cette notion de voûte nubienne ?

La technique de la voûte nubienne consiste à bâtir avec un outillage de base, des matériaux locaux et des compétences simples, sans coffrage, des bâtiments aux toitures voûtées modernes, solides et confortables. Le matériau de base de cette construction est le banco.

Cette technique a été identifiée dès les années 1980 par l’ONG Development Workshop comme une réponse potentielle aux graves problèmes d’habitat auxquels sont confrontées les populations d’Afrique sahélienne. C’est à partir de 1998 que les co-fondateurs d’AVN (Association Voûte Nubienne), Thomas Granier (maçon français) et Séri Youlou (agriculteur burkinabè) revisitent à leur tour la technique : ils la simplifient et la standardisent afin de favoriser son appropriation par les populations locales, en utilisant le marché comme vecteur de diffusion. Le programme est d’abord mis en œuvre au Burkina Faso, à partir de l’an 2000, puis au Mali, au Sénégal, au Bénin et au Ghana. En 2018, selon le site lavoutenubienne.org, plus de 1600 chantiers ont été réalisés pour une surface d’environ 59 000 m2, au bénéfice de 16 000 personnes au Burkina Faso, pays historique d’AVN et territoire de conception de la plupart des constructions en voûte nubienne. La majorité des bâtiments construits sont pour un usage d’habitation en milieu rural. A côté de cela, il existe des bâtiments voûte nubienne communautaires, agricoles et même à des fins d’élevage.

Des avantages à ne pas négliger

D’habitude, les constructions en terre sont considérées comme archaïques dans nos contrées.  Mais c’est sans compter sur les nombreuses qualités d’usage de celles-ci pour leurs habitants. Ces constructions participent aussi à la vulgarisation des savoirs architecturaux locaux. 

Les constructions en voûte nubienne comportent plusieurs avantages. 

Elles sont durables : les murs sont épais et le bâtiment résiste à la pluie et aux vents. Ensuite, elles sont confortables, car elles offrent un confort thermique, acoustique et esthétique, mais aussi d’usage (utilisation du toit-terrasse et possibilité de construire en étage). Le procédé est écologique : on n’a pas besoin de bois, ni de production ou de transport de matériaux importés comme les tôles ondulées, le ciment, les chevrons en acier, etc. Elle est également économique: son coût peut être jusqu’à 50 % moins cher que d’autres constructions au niveau du gros œuvre. Les bâtiments en voûte nubienne offrent également un confort thermique pour les occupants, ce qui, dans un pays aux variations climatiques extrêmes (froid ou chaud) constitue un atout majeur.

La voûte nubienne est par ailleurs adaptée à l’économie locale. La main d’œuvre et les matériaux sont locaux. La technique est facile à reproduire car simplifiée et standardisée pour son appropriation facilitée par le plus grand nombre, sans besoin de connaissances académiques avancées ou d’outils complexes. C’est donc, une technique à privilégier dans certains pays au climat tropical de type Soudano-sahélien.

                                                                             

Source : maison-monde.com ; www.lavoutenubienne.org

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé