Aujourd'hui,

ENVIRONNEMENT

Région semi-aride, le sahel a traversé les périodes de sécheresses des années 1970 et 1980 et est affecté par la variabilité spatio-temporelle des précipitations. Des techniques locales ont été donc améliorées par des chercheurs et ont abouti par endroits, à freiner voire stopper le processus de dégradation. « Reverdissement au sahel : résilience, diversité biologique et dynamique de la végétation des écosystèmes », c’est le thème de la thèse de doctorat unique de Ouango Maurice Savadogo pour aborder la problématique. Une soutenance qu’il a brillamment réussit avec la mention « très honorable » le samedi 14 janvier 2017 à l’université Ouaga I Joseph Ki-Zerbo.


L’amélioration de l’environnement a toujours été un enjeu capital pour les décideurs afin d’offrir aux populations un cadre agréable de vie. Pour atteindre cet objectif, très tôt, des initiatives ont été prises au niveau local et même international pour lutter contre la dégradation des terres et la désertification. Pour certains chercheurs, « la dégradation du sahel se poursuit ». D'autres estiment par contre que «l’analyse des images satellites et des données pluviométriques du sahel prouvent que le regain des pluies, les bonnes pratiques dans les modes et techniques culturales ont permis d’augmenter l’indice de végétation et de recouvrer certaines de ses fonctions ».

L’objectif de la thèse du désormais docteur Savadogo est de « faire l’état des écosystèmes dans deux zones contrastées par des valeurs de l’indice de végétation normalisée dans le domaine sahélien du Burkina Faso et du Niger ». Pour cela, plusieurs approches et méthodes comme la photo-interprétation et l’inventaire floristique ont été utilisées par Maurice Savadogo pour comprendre le changement dans la physionomie de la végétation.

L’infiltrométrie à membrane et la méthode TSBF ont été également exploitées par l’impétrant pour évaluer l’impact du reverdissement sur la qualité des sols. Ainsi, Maurice Savadogo a fait l’analyse de la dynamique des ligneux dans les deux zones et la caractérisation hydrodynamique, physico-chimique des sols.

Les résultats obtenus et présentés au jury présidé par le professeur Hassan Birsmarck Nacro montrent qu’ « il existe une concordance entre les images satellitaires et la réalité de terrain ». Ces résultats lèvent l’équivoque sur le reverdissement. On note également une abondance d’arbustes et un reverdissement perceptible dans les champs. Dans les sites du Burkina Faso, la densité et la diversité des ligneux sont plus importantes qu’au Niger. « Mais, ce reverdissement n’a pas considérablement amélioré la fertilité et la qualité physique et biologique des sols », soutient M. Savadogo.

Il explique cela par le fait que les écosystèmes sahéliens ont des capacités de résilience qui leur permet de résister aux perturbations. « Cette capacité est autant importante quand l’homme, par des stratégies d’adaptation s’implique », a expliqué M. Savadogo au jury et à l’assistance.

Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Jugez-vous important de mettre en place au Burkina un gouvernement paritaire Hommes-Femmes pour une meilleure représentativité des femmes dans les centres de décision?

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé