Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

Photo: ministère de l'Environnement

ENVIRONNEMENT

Inger Andersen, Directrice générale de l’Union internationale de la Conservation de la nature (UICN)  a effectué du 28 au 31 janvier 2019 une visite de travail au Burkina Faso. En collaboration avec le ministère en charge de l’Environnement, elle a fait le point de sa visite en terre burkinabè aux hommes de médias le jeudi 31 janvier 2019. 

Durant son séjour, elle  a rencontré  les premiers responsables du pays pour discuter de l’agenda des questions environnementales au niveau mondial et au Burkina en particulier. La Directrice générale a également échangé avec les experts des commissions et partenaires de l’union sur les grands défis environnementaux. 

L’occasion a été pour elle de partager sa vision de l’UICN pour les prochaines années : « à ce moment critique de l’histoire de l’humanité, nous devons joindre nos efforts pour mettre fin à la pauvreté, renforcer l’action pour protéger la planète et assurer la prospérité pour tous » a-t-elle fait savoir.

Egalement venue pour s’assurer que  le partenariat avec le gouvernement burkinabè et toutes les parties prenantes se déroule bien, elle a félicité le Burkina qu’elle qualifie « d’actif » dans la mise en œuvre des conventions. Cet engagement à l’entendre, résulte  d’une prise de conscience des autorités burkinabè et des populations sur l’importance de la protection de l’environnement. Face au changement climatique, elle a invité le Burkina à redoubler d’effort dans cette lutte pour la protection de l’environnement.  « En matière de préservation de la nature, si je devais noter le Burkina je donnerai une note de 10/10 » a laissé entendre Inger Andersen.

A la question de savoir si les raisons du prochain redéploiement du bureau basé au Burkina au Sénégal étaient liées à la situation sécuritaire du pays, elle a dit ceci: «Nous ne fuyons pas le Burkina Faso mais nous devons être flexibles et tenir compte des bailleurs de fonds. Nous avons plusieurs programmes et 53 pays sont membres de l’UICN donc il faut tenir compte de tous ces paramètres et de l’avis de nos bailleurs. Mais jusqu’à présent la décision finale n’a pas été prise. J’aime tous les pays dans lesquels nous travaillons.»

Rasmané Ouédraogo, directeur de Cabinet du ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, représentant le ministre,  a salué et magnifié la nature des relations qui existe entre l’UICN et le Burkina tout en souhaitant qu’elles demeurent.

L’UICN est une union démocratique réunissant plusieurs organisations intervenant dans la conservation de la nature et dans l’accélération du passage au développement durable.  Créée en 1948, l’Union intervient au Burkina Faso depuis plus de 30 ans. Le Burkina Faso   abrite officiellement le bureau national (depuis 1992) et le bureau régional pour l’Afrique centrale et occidentale (depuis 1997). En rapport avec la vision et la mission de l’UICN, le bureau du Burkina travaille sur trois thématiques que sont : la préservation de la diversité biologique, la gouvernance équitable des aires de protection faunique et forestière et, l’utilisation durable des services écosystémiques pour l’adaptation et l’atténuation des changements climatiques.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé