Aujourd'hui,
URGENT
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».

Le ministère entend dérouler une stratégie pour mettre fin à la pratique

ENVIRONNEMENT

Trois peaux de panthères et deux peaux de lions venant de l’Est du Burkina  ont été saisies le 17 décembre 2018 dernier à Ouagadougou par la direction des opérations du ministère de l’Environnement, de l’Économie verte et du Changement climatique avec l’appui du projet Ralf. Ledit  ministère a tenu un point de presse ce vendredi 11 janvier 2019 afin d’apporter à l’opinion publique des éclaircissements sur ce trafic.

Il s’agit de deux présumés trafiquants burkinabè qui ont tenté  sans succès de commercialiser cinq peaux de grands félins notamment deux peaux de lions, une espèce partiellement protégée et menacée d’extinction, et  trois peaux de panthères, espèce intégralement protégée selon Sibidou Sina, secrétaire général du ministère. Toujours selon ses dires, les lions de l'Afrique de l'Ouest constituent une population de quelques centaines d'individus et les panthères sont également menacées et de moins en moins présentes sur toute l'étendue africaine.  

C’est suite à des informations parvenues au ministère en charge de l’environnement que la direction générale des Eaux et forêts a entrepris de « filer » ces deux individus qui essayaient d’aborder certaines personnes avec leurs marchandises. Dans une « prompte et intelligente » action, les agents des Eaux et forêts ont pu mettre la main sur ces individus avant qu’ils n’aient pu écouler les peaux des cinq  félins.

Selon les conférenciers du jour, les peaux prévues pour être commercialisées proviennent du complexe WAP (W –Arly –Pendjari), réparti sur le Burkina, le Niger et le Bénin et, renferme la plus grande population de lions en Afrique de l’Ouest. A en croire le secrétaire général, vu les problèmes sécuritaires à l’Est du Burkina, il est à craindre que les différents trafics dont celui de la faune s’y développent « Au regard des problèmes sécuritaires de l’Est du pays, différents types de trafics, dont celui de la faune se sont développés avec la recrudescence du braconnage. Depuis le début de l’année, trois camps de tourisme cynégétique ont été détruits, de même que la base-vie du Parc d’Arly », a-t-il précisé.

« Nous sommes en train de dérouler des stratégies afin de pouvoir éradiquer cette question et réduire de manière significative ces genres  de mauvais comportements qui peuvent nuire irréversiblement la conservation de la faune au Burkina » a ajouté Paul Djiguiemde, directeur général des Eaux et forêts. Il a aussi précisé que dans les zones de chasse, un  safari lion peut coûter environ 10 millions de FCFA  soit un  minimum de 2O millions pour les deux lions abattus.

Pour l’instant, l’identité des deux personnes interpellées ne peut être révélée, les enquêtes étant toujours en cours. Aux dires de Sibidou Sina, ces « délinquants » saisis encourent une peine de prison de  5 ans ferme et une amende pouvant atteindre 5 millions de F CFA, selon la loi N 003-2011/AN du 5 avril portant code forestier au Burkina Faso. 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir