Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

En marge des 5è Journées des acteurs de la communication sur les énergies (JACE) prévues du 28 au 30 juin 2018 à Ouagadougou, une vingtaine de journalistes et communicateurs pour les énergies renouvelables et le développement durable (JED) étaient sur les traces de la plus grande centrale hybride fioul-solaire au monde. Installée sur le site de la mine Iamgold Essakane dans le Sahel du Burkina, les hommes et femmes des médias ont visité de fond en comble, cette œuvre de la société Essakane Solar SAS le 23 juin 2018.


L’objectif de cette visite selon Grégoire Bazié, président dudit réseau, est de permettre aux journalistes de toucher du doigt cette réalisation, afin de participer activement aux débats lors de ces 5è JACE placées sous le thème : «Place et contribution des acteurs miniers dans la lutte pour l’accès des populations aux services énergétiques au Burkina». «Après les autorités politico-administratives, nous voulons également approcher les sociétés minières dans nos plaidoyers afin qu’elles contribuent au développement de notre pays par la promotion des énergies renouvelables», a laissé entendre M. Bazié. Grégoire Bazié indique également que l’engagement du réseau va se poursuivre sur d’autres fronts en vue de ratisser large pour impliquer davantage les différents acteurs afin d’aboutir prochainement aux états généraux des énergies renouvelables au Burkina qui selon lui, est une condition sine qua non pour le développement du pays.

Première centrale solaire connectée à une centrale thermique, cette centrale permettra selon Emma Marie Blanche Kantiono, directrice générale d’Essakane Solar SAS, d’économiser 6 millions de litres de fioul par an, d’éviter la production de 18.500 tonnes de CO2 par an et d’offrir 40 emplois directs durant la phase d’exploitation et surtout de réduire l’impact environnemental de la mine.

Marceline Maïga est originaire de Falangoutou et nettoyeuse sur le site depuis l’installation de la centrale. La jeune dame estime que cet emploi a apporté beaucoup dans le changement de son quotidien. «Avec cet emploi, j’arrive à m’entretenir et à aider mes parents. Avant donc que le projet s’arrête éventuellement, j’économise pour entreprendre moi-même», témoigne-t-elle. Tout comme Mlle Maïga, plusieurs employés chargés du nettoyage des 130.000 panneaux que compte la centrale, témoignent de bien gagner leur vie et souhaitent d’ailleurs que cette initiative ce multiplie dans la région. C’est la preuve donc que ce projet s’inscrit dans une politique de développement local.

Emma Marie Blanche Kantiono à l'oeuvre avec les journalistes

Trois mois après son ouverture, «les petits défauts techniques» ont été corrigés et Emma Marie Kantiono s’estime satisfaite des premiers résultats. «On entend souvent parler de beaux projets, nous, nous préférons les réaliser et en parler après. Nous avons démarré cette centrale il y a quelques mois et elle a déjà économisé près de 750.000 litres de fuel», se réjoui Mme. Kantiono. 

L’Electricité renouvelable dédiée aux industriels offre ainsi donc des avantages économiques et environnementaux majeurs. La construction de cette centrale hybride fioul-solaire marque un tournant majeur et irréversible pour l’industrie minière au Burkina. Bâtie sur une superficie de 22Ha, cette centrale est la preuve que le Burkina est un leader incontestable dans la promotion des énergies renouvelables en Afrique et dans le monde. Cette expérience représente donc le premier projet d’une longue série pour le secteur minier. Et la jeune équipe que dirige Mme Kantiono compte bien répliquer ce projet rapidement avec d’autres sites si besoin il y a.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir