Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat
Ghana: libération des deux Canadiennes kidnappées dans la région Ashanti
Burkina: 419 269 à la conquête du CEP 2019 soit une baisse de 7% par rapport à l'année précédente 
Afrique: le Botswana décriminalise l’homosexualité
France: Édouard Philippe lance l'acte II du quinquennat au cours de sa déclaration de politique générale 
Burkina: les avocats mettent fin à leur débrayage entamé depuis le 23 avril

ENVIRONNEMENT

Faire barrière aux organismes génétiquement modifiés (OGM) en général et au projet de moustiques génétiquement modifiés en phase d’expérimentation dans le cadre de la lutte contre le paludisme, tels ont été les objectifs de la marche-meeting organisée le samedi 2 juin 2018 par le Collectif citoyen pour l’agroécologie (CCAE). Ce rendez-vous de Ouagadougou est le deuxième du genre, après celui organisé en 2015. L’occasion fut saisie pour le collectif d’attirer l’attention du gouvernement, par la remise d’un mémorandum au ministère de l’agriculture.  

A travers les slogans scandés et les différentes banderoles aux mains des manifestants, le message de cette marche était assez clair. « Nous comptons interpeller les autorités burkinabè sur le danger de l’aventure dans laquelle le Burkina est en train de se lancer », a déclaré Blandine Sankara, coordinatrice du collectif, organisateur de la marche. Celle-ci ne manque pas de préciser : « Après le coton OGM, on passe à l’alimentaire avec le niébé BT et au sanitaire avec les moustiques génétiquement modifiés. Nous nous demandons quels peuvent être les impacts de tout cela ».

Après avoir arpenté des artères de la ville de Ouagadougou (de la place de la Nation au rond-point des Nations-Unies)  le porte-parole du collectif, Ali Tapsoba a remis un mémorandum au ministère en charge de l’agriculture. Selon M. Tapsoba, ce document remis aux autorités politiques contient, entre autres,  leurs inquiétudes sur les OGM. Mais aussi, il s’agit d’une interpellation avec des démonstrations scientifiques à l’appui, sur les dangers auxquels sont confrontées les populations.

A en croire Ali Tapsoba, dans la mesure où « les autorités burkinabè envisagent sérieusement l’introduction du niébé BT, cela va engendrer une dépendance des communautés de base (…) les multinationales qui vont mettre la toxine dans ce BT vont contrôler la technologie et elles vont les vendre aux communautés de base ». A l’instar de ses compagnons de lutte, le porte-parole du CCAE en appelle à « plus de responsabilité ». « Nous ne pouvons pas laisser des apprentis sorciers continuer à mener des expérimentations hasardeuses et coûteuses, aux conséquences improbables pour l’homme, les animaux et l’environnement », a-t-il martelé.

Cette marche meeting a connu la participation de délégations ivoiriennes, béninoises, maliennes, sénégalaises et françaises.      

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé