Aujourd'hui,
URGENT
Football: le Français Arsène Wenger va quitter le club anglais d'Arsenal cet été, après vingt-deux saisons
Burkina: le président du Faso a reçu ce jeudi 19 avril les lettres de créances de 15 nouveaux ambassadeurs
Cuba: Miguel Díaz-Canel a été élu ce 19 avril 2018 nouveau président succédant à Raul Castro
Sahel: 216 établissements fermés dont 60 dans la région du Nord soit 20.000 élèves et 895 enseignants hors des classes
Afrique: 8 millions de personnes en insécurité alimentaire en Afrique de l'ouest (RFI)
Nahouri: la police saisit 750 kg de produits prohibés
11-Décembre: «Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère» est le thème retenu pour l'édition 2018
Filière coton: le gouvernement burkinabè va injecter plus de 14 milliards de F CFA «pour sauver la filière»
Burkina: le groupe Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS), revendique l’assassinat du maire de Koutougou 
Culture: La 2e édition des Nuits du Djongo se tiendra du 4 au 6 mai prochain à Pô et à Tiébélé

ENVIRONNEMENT

Le ministère public a déféré le 12 mars 2018, deux braconniers Béninois à la prison civile d’Aného, pour avoir tué dans la nuit du 08 au 09 mars dernier, un jeune hippopotame de deux ans dans le fleuve Mono, après audition et mise en garde à vue.

Komlan Robert et Kpondéou René, tous deux de nationalité béninoise et d’autres chasseurs, se sont introduits sur le territoire togolais pour chasser illicitement les hippopotames, espèces protégées, qui peuplent le fleuve Mono. 

Ce sont les nombreux coups de fusils pour tuer le jeune hippopotame qui ont alerté le monde des éco gardes qui sont arrivés à mettre la main sur les deux braconniers. Les responsables de l’Association pour la Conservation et la Valorisation des Marres aux Hippopotames (ACVM) ont jugé bon de remettre ces deux hommes aux agents de la gendarmerie nationale, détachement du canton de Tométy-Kondji. 

Les gendarmes, les conservateurs, les forestiers de Yoto et EAGLE-Togo, une organisation qui s’active dans l’appui et l’application de la loi sur la faune et la flore, ont soutenu l’ACVM afin que les interpelés et leurs co-auteurs subissent la rigueur de la loi.

 «Dans notre localité, nous avons compris que ce parc animalier est un atout pour notre communauté. C’est pour cela que des volontaires se sont associés pour surveiller nuit et jour le parc en collaboration avec les conservateurs» a expliqué, Kokouda KPOKPO, président de l’ACVM.

La chasse illicite des hippopotames et le port d’arme à feu sont des indices graves et concordantes qui motivent l’inculpation des deux présumés braconniers.

Les dents d’hippopotames sont très demandées pour leur ivoire, alimentant ainsi le braconnage en Afrique, et le trafic vers l’Asie. Le rapport du CITES indique que c’est du fait de la disparition progressive de son habitat, de sa chasse pour la viande ou encore du braconnage pour ses dents que l’hippopotame est classé comme vulnérable, et apparait ainsi sur la Liste Rouge des espèces menacées.

Les hippopotames sont intégralement protégés au Togo. La détention, la circulation et la vente de trophées d’hippopotames, sont punies par les articles 788 et 789 du nouveau Code pénal du Togo. «Est puni d'une amende de cent mille (100.000) à deux millions (2.000.000) de francs CFA et d'une peine d'emprisonnement d'un (01) à six (06) mois ou de l'une de ces deux peines, quiconque a chassé à l'intérieur des aires protégées. », article 788 du nouveau Code pénal et l’article 789 d’ajouter : «la chasse avec des moyens et armes de chasse prohibés, la chasse sans permis ou hors de la période autorisée dans les zones non interdites, la chasse de nuit et l'abattage de femelle suitée, sont punies d'une peine d'emprisonnement d'un (01) à six (06) mois et d'une amende de cent mille (100.000) à cinq cent mille (500.000) francs CFA ou de l'une de ces deux peines, sans préjudice de la confiscation des produits, engins et armes de chasse.» 

Rappelons que le projet Reserve de Biosphère Transfrontière du Mono (RBTM) qui a pour objectif de permettre la reconnaissance de cette réserve, a  démarré en 2014 et permis la restauration de l’habitat des dites espèces menacées de disparition dans le monde. 

Le braconnage met en péril les écosystèmes et la survie des personnes qui en dépendent, et a également un impact non négligeable sur l’économie du tourisme en Afrique. Le trafic de la faune est un problème de conservation, un problème économique, un problème de sécurité et un problème de santé.

Nicolas Koffigan E. ADIGBLI

Journaliste, Maître enCommunication

Directeur ASPAM, DP "LeNouvelliste"

tél: (228)90862116/99282717/23350813 Facebook: Nicolas Koffigan,  Skype:nicokoff

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Lors de son discours sur la situation de la Nation prononcé le jeudi 12 avril 2018 devant la représentation nationale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a promis la fin des délestages d’électricité pour 2019. A-t-il les moyens de tenir promesse?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé