Aujourd'hui,
URGENT
Campagne agricole: près de 3 millions de Burkinabè seront en situation d'urgence alimentaire
La Haye: Ratko Mladić condamné à la prison à perpétuité
Campagne agricole: 17 provinces déficitaires (Conseil des ministres)
Burkina: Les administrateurs civils observeront trois jours de grève ( 28 au 30 novembre 2017)
Religion: la célébration du Maouloud est prévue dans la nuit du jeudi 30 novembre au vendredi 1er décembre 2017 (FAIB).
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro intègre la nouvelle direction du RDR comme vice président chargé de la région du Tchologo
Zimbabwe: Robert Mugabé démissionne du pouvoir
Zimbabwe: Le Parlement a débuté la procédure de destitution de Robert Mugabe
Nigéria: au moins 50 personnes ont été tuées dans un attentat-suicide à Mubi dans le nord-est du pays
esclavage de migrant: la Libye exprime "son refus catégorique et condamne fermement ce genre de pratique inhumain" 

ENVIRONNEMENT

Les promoteurs ne respectent pas la loi N°017-2014/AN du 20 mai 2014 portant interdiction de production, de l’importation, de la commercialisation et de la distribution des emballages et sachets plastiques non biodégradables. C’est le constat fait lors d’une opération spéciale de contrôle sur le respect de ladite loi effectuée du 25 au 29 septembre 2017 dans les villes de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso. Le bilan de l’opération a été présenté aux hommes et femmes de médias le vendredi 13 octobre 2017 à Ouagadougou par le ministre en charge de l’Environnement.

A ce point de presse, le ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, Nestor Batio Bassière, a apporté des éclaircissements aux journalistes sur la lutte contre les sachets non-biodégradables. Le ministre s’est d’abord réjouit du fait que le sachet biodégradable est de plus en plus utilisé dans notre pays. Pour preuve, environ 200 certificats d’homologation ont été délivrés par la direction générale de la préservation de l’environnement. Cependant l’objectif est loin d’être atteint.

Sur 129 sociétés contrôlées à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso du 25 au 29 septembre 2017, seulement 25 sociétés soit environ 20% sont en règles vis-à-vis des dispositions de la loi. Ce qui veut dire que 80% de ces entreprises ne sont pas conformes soit 104 sociétés.

Selon le ministre Nestor Batio Bassière, à la date du 09 octobre 2017, sur les 104 promoteurs convoqués 13 ont été déjà auditionnés et sanctionnées, 65 auditions sont en cours et les auditions des 26 autres sont aussi programmées. Les auditions se poursuivront jusqu’à épuisement de la liste des interpellés.

Parmi les actions futures du ministère en charge de l’environnement, on note l’acquisition des appareils de test de biodégradabilité pour plus d’efficacité dans les opérations de contrôle. Monsieur Nestor Bassière a saisi l’occasion pour réitérer ses encouragements aux initiatives privées et aux différents acteurs qui interviennent dans la collecte et la valorisation des déchets plastiques.

MEEC

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir