Aujourd'hui,
URGENT
Justice: la deuxième promotion de l’Ecole nationale de la Garde de sécurité pénitentiaire (119 éléments) a effectué sa sortie ce 17 octobre
football : le Mali se qualifie pour les quarts de finale de la coupe du monde des cadets en battant l'Irak (5-1).
Togo: des heurts éclatent entre populations et forces de l’ordre après l’arrestation d’un imam proche de l’opposant Tikpi Atchadam.
Côte d'Ivoire: des douaniers «tabassés» et mis aux arrêts au premier jour d'une grève (koaci.com)
Soum:  des individus armés ont attaqué lundi le service environnemental de Belehede, sans faire de victimes.
Soum: deux armes et deux motos emportés dans l'attaque lundi soir du service environnemental de Belehede.
Médias : 78 542 673 FCFA accordés à la presse écrite au titre de la subvention 2017 de l'Etat à la presse privée.
Médias : 242 587 951 FCFA octroyés à la presse audiovisuelle au titre de la subvention 2017 de l'Etat à la presse privée. 
Medias: 35 829 376 FCFA alloués à la presse en ligne au titre de la subvention 2017 de l'Etat à la presse privée.
Médias:  31 040 000 FCFA octroyés à la presse écrite en langue nationale au titre de la subvention de l'Etat à la presse privée 2017.

ENVIRONNEMENT

Chaque année au mois de Juillet, au moment où la saison hivernale s'est confortablement installée, nous assistons à une vague déferlante de chauves-souris, mammifères volants et migrateurs dans notre région. Pour en savoir plus sur le phénomène Barnabé Kaboré, Inspecteur des Eaux et Forêts, Spécialiste en Aménagement et gestion de la Faune, Directeur régional de l'Environnement de l'Economie verte et du Changement climatique (DREEVCC) de l'Est s'est prêté volontiers à nos questions.

SCPRP: depuis quelques années nous constatons entre les mois de juillet et septembre une présence massive de roussettes dans notre région. Comment se présente le phénomène?
Barnabé Kaboré: effectivement depuis un certain temps nous enregistrons au niveau de la ville de Fada N'Gourma et dans l'ensemble de la région, une arrivée massive de chauves-souris. Le terme roussettes est un peu réducteur. Lorsqu'on parle de chauves-souris, il y'a plusieurs espèces et sous espèces. En termes d'espèces de chauves-souris, notre pays en compte une cinquantaine. Parmi ces espèces il y'a des frugivores (se nourrissant de fruits) et des insectivores (se nourrissant d'insectes). Celles que nous voyons chez nous et que nous appelons roussettes sont des frugivores. Il est bon de signaler qu'à travers le monde, environ 1300 espèces de Chauves-souris ont été répertoriées. C'est un genre très représenté au niveau du règne animal. . Les chauves-souris sont des mammifères car elles mettent bas et allaitent bien sûr leurs petits.

Chaque soir nous constatons un grand mouvement de ces mammifères volants, où vont-ils?
Effectivement tous les soirs au crépuscule les chauves-souris se déplacent en brousse à la recherche de leur pitance (karité et bien d'autres fruits) elles y passent toute la nuit et reviennent à l'aube dans les arbres qui les abritent.

Au Burkina Faso à combien estime-t-on le nombre des chauves-souris?
C’est une question difficile à répondre étant donné que les chauves-souris sont une espèce migratrice. En fonction de la période de l'année, l'effectif est soit important ou faible. A ce moment précis, la population de cette espèce est de plusieurs millions d'individus dans notre pays. Les chauves-souris ne sont pas présentes seulement à l’Est, on les rencontre aussi au Centre, dans les Cascades, au Centre-est et dans bien d'autres régions. Dans notre région non plus, on ne peut pas donner l'effectif de leur population. On note seulement que ce sont plusieurs millions qui peuplent actuellement notre cadre de vie.

La présence massive des chauves-souris crée sans aucun doute des nuisances pour la population humaine étant donné que leur chasse est interdite, ne peut-on pas prendre des mesures pour réduire leur effectif?
La destruction des arbres qu'elles utilisent comme gites, le bruit qu'elles émettent et les fèces qu'elles déversent dans notre cadre de vie constituent des nuisances liées à leur présence. Il est possible au regard de tout cela et aussi du nombre très important de l'espèce, d'organiser une chasse administrative en vue de diminuer leur nombre. Mais cela doit être bien encadré, dans le respect des règles et de l'éthique en la matière.

Au mois de septembre nous constatons que ces mammifères volants migrent vers d'autres destinations. Dans quelles zones se dirigent-ils ?
Les zones de migrations et de nidation des chauves-souris sont les forêts, les grottes, les falaises et les endroits humides. Pour ce que l'on sait, il y'a une partie qui migre dans les grottes de l'Attakora au Bénin et une autre partie dans des grottes et falaises au Mali. Il faut aussi noter que les chauves-souris ne migrent pas toutes il y a quelques-unes qui sont plus ou moins permanentes, il y'a certaines qui sont même sédentaires.

Une mesure d'interdiction de la chasse et de commercialisation des chauves-souris avait été prise, qu'en est-il aujourd'hui?
Par rapport à la consommation des chauves-souris de façon générale, le Ministère en charge de l'environnement a pris à titre conservatoire un texte interdisant leur chasse, d'habitude au mois d'août il y'avait une campagne spéciale de chasse aux chauves-souris qui était ouverte. Mais depuis quatre ans le Ministère a pris des dispositions au regard du fait qu'il y'a de forts soupçons que ces animaux soient vecteurs du virus de la maladie à fièvre hémorragique ((Ebola) et même de la rage et bien d'autres maladies. Cela fait que nous ne délivrons plus d'autorisation de chasse et mieux, nous déconseillons sa consommation. Nous remarquons malheureusement que malgré l'interdiction il y'a des gens qui les lapident, les abattent avec des fusils. Nous insistons en disant que cette mesure suspensive n'est pas levée.

Il y a malgré tout, des restaurateurs et des chasseurs clandestins qui commercialisent les chauves-souris quelles solutions vous envisagez pour arrêter cette situation?
La loi nous permet d'appréhender et de réprimer ces personnes, non pas parce qu'elles commercialisent mais simplement parce-que la chasse de l'espèce n'est pas autorisée de nos jours, par conséquent sa commercialisation non plus. Si d'aventure nous avons des informations qu'il y'a des personnes qui commercialisent cette espèce, nous prendront des dispositions pour combattre cette situation car cela est illégal.

Avez-vous un appel aux citoyens de la région de l'Est ?
Je voudrais lancer un appel à l'ensemble de la population de la région et de Fada sur la nécessité de respecter cette mesure préventive à caractère sanitaire car lorsqu'il a été révélé que les chauves-souris tout comme l'aulacode (agoutis) les singes sont des vecteurs potentiels de la maladie Ebola les dispositions légales ont été prises par l'OMS, le Ministère de la santé et le Ministère de l'environnement pour protéger les populations. C'est une mesure prise, non pas de gaité de cœur, mais à titre préventif et conservatoire. Ce que nous avons vu de la maladie d'Ebola en Sierra Leone au Libéria ... est très dramatique. Il ne faudrait pas que pour un appétit quelconque ce drame survienne dans notre pays. Mieux vaut prévenir que guérir dit l'adage.

Propos recueillis par Jean Paul Compaoré (Service de la Communication, de la Presse et des Relations Publiques Gouvernorat/Est)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Les députés démissionnaires du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) doivent purement et simplement rendre leur mandat et quitter le parti.

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé