Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

Pendant que d’autres pays protègent leurs faunes et font prospérer leur tourisme, les hippopotames et les éléphants sont en voie d’extinction au Togo. Le commerce illicite de l’ivoire et des dents d’hippopotames prend de l’ampleur. Des réseaux de trafiquants font tout pour passer par les mailles grâce à la corruption, et malgré les efforts d’EAGLE-Togo qui accompagne les autorités pour que les textes sur la protection des espèces protégées soient appliqués.

Chaque année au mois de Juillet, au moment où la saison hivernale s'est confortablement installée, nous assistons à une vague déferlante de chauves-souris, mammifères volants et migrateurs dans notre région. Pour en savoir plus sur le phénomène Barnabé Kaboré, Inspecteur des Eaux et Forêts, Spécialiste en Aménagement et gestion de la Faune, Directeur régional de l'Environnement de l'Economie verte et du Changement climatique (DREEVCC) de l'Est s'est prêté volontiers à nos questions.

Du 22 au 24 août 2017 à Ouagadougou, se tient un atelier de formation sur les données d’observation de la terre pour une gestion efficace des ressources naturelles et de l’agriculture en Afrique. Initié par le Centre ouest africain de service scientifique sur le changement climatique et l’utilisation adaptée des terres (Wascal), cet atelier vise à faire connaitre aux différentes institutions nationales l’importance et la disponibilité des données qu’elles peuvent utiliser dans leurs différentes activités. La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce mardi au sein dudit Centre.

Après les inaugurations des CEG à Bassinko et Boulsin, les dons divers, la Loterie nationale burkinabè (Lonab) s’inscrit dans la défense de la nature. Le samedi 22 juillet 2017 dans la commune rurale de Saaba, elle a procédé à la mise en terre de 500 pieds d’arbres dans la forêt classée de Gonsé. Par ailleurs, 15 000 plants répartis en 5 espèces d’un coût estimé à plus de 9 millions de F CFA ont été mis à la disposition du ministère de l’Environnement. Cette cérémonie de plantation d’arbres a eu lieu sous la présidence du ministre en charge de l’Environnement, Nestor Batio Bassière.

Le Burkina Faso vient d'inscrire son premier site Naturel sur la liste du Patrimoine mondial naturel de L'UNESCO avec succès, le Complexe W-Arly-Pendjari (WAP).

Ouagadougou abrite du 14 au 17 juin 2017, la célébration de la 23e Journée mondiale de Lutte Contre la Désertification (JMLCD) pour conjurer la menace sur le développement, la prospérité et la paix. L’un des moments forts de cette célébration est intervenu, le jeudi 15 juin 2017, dans la salle de conférences de Ouaga 2000, en présence des Présidents Roch Marc Christian KABORE du Burkina Faso, Ibrahim Boubacar KEITA du Mali et Mahamadou ISSOUFOU du Niger.

Ce 17 juin 2017, comme chaque année, le monde entier célèbre la Journée Mondiale de Lutte contre la Désertification et la sécheresse. Initiée par les Nation Unies, elle vise à rappeler les dangers de la désertification et de la sécheresse en vue de sensibiliser davantage l'opinion publique sur les efforts nationaux et internationaux à entreprendre pour combattre le fléau.

Photo d'archives

Le président malien Ibrahim Boubakar Kéïta, est arrivé à  Ouagadougou en début de soirée, ce mercredi 14 juin 2017. Il prendra part à la cérémonie marquant la journée mondiale de lutte contre la désertification.

Le Programme ressources partagées, solutions communes pour le Burkina Faso (SRJS) est un nouveau programme de coopération élaboré avec l’appui du ministère néerlandais des Affaires étrangères pour la période 2016-2020. Ce programme qui met l’accent sur la sauvegarde des biens publics mondiaux basés sur les écosystèmes tels que l’eau, la sécurité alimentaire, la biodiversité et la résilience climatique dans 16 pays tropicaux dont le Burkina, est l’objet d’un atelier international de formation des acteurs à Ouagadougou depuis ce jeudi 8 juin 2017.

Une pluie diluvienne s’est abattue sur la capitale Ouagadougou le 18 mai 2017, causant de nombreux dégâts. Il a été enregistré 96.7 mm à Ouagadougou Aéroport et 31.7 mm à Somgandé.

Les États parties aux conventions de Bâle, Rotterdam et Stockholm se sont retrouvés à Genève du 24 avril au 5 mai pour faire le point sur les actions menées à tous les niveaux pour rendre l'environnement plus sain. Après les experts, les ministres ont pris le relais dans un segment de haut niveau les 4 et 5 mai, pour plancher sur le thème « Un avenir détoxifié : la gestion rationnelle des produits chimiques et des déchets ». La délégation du Burkina conduite par le ministre de l'environnement, de l'économie verte et du changement climatique Batio Nestor Bassiere, a suivi les travaux de bout en bout et a même proposé et obtenu l'inscription de nouveaux produits sur la liste des produits chimiques et déchets toxiques.

© Rapport Perspectives énergétiques des populations pauvres 2016

Dans un rapport intitulé Perspectives énergétiques des populations pauvres, Practical Action, une organisation caritative d’aide au développement, fait le constat que les objectifs majeurs définis par les dirigeants mondiaux pour réduire la pauvreté et favoriser l’accès à l’énergie moderne ne seront pas atteints si les procédures actuelles de planification ne sont pas revues. Le rapport exhorte ainsi les dirigeants du monde à cesser de se voiler la face et à se tourner vers les énergies renouvelables autonomes.