Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: l'Aïd-el-Kébir (Tabaski) sera célébrée le vendredi 1er septembre 2017 (Fédération des associations islamiques).
Burkina: un deuil national de 72 heures, à compter du mercredi 23 août, a été décrété suite au décès de Salifou Diallo.
Café Istanbul: trois blessés  sont encore hospitalisés à l'hôpital Yalgado Ouédraogo, une semaine après l'attaque terroriste (CHU-YO).
Nécro: la dépouille de Salif Diallo, le président de l'Assemblée nationale décédé à Paris le 19 août, attendue à Ouagadougou mercredi.
Café Istanbul: le MDL Y. Sawadogo, un gendarme grièvement blessé lors de l’assaut contre les terroristes, est décédé ce 19 août 2017.
Sahel: la soldate de 1re classe Bilgo Nadège est l’un des militaires tués dans l’explosion d’une mine (Observateur Paalga).
Sahel: le soldat de 1re classe Tiendrébéogo Franck est l’un des militaires tués dans l’explosion d’une mine (Observateur Paalga).
Sahel: le soldat de 2e classe Koussoubé Sylvain est l’un des militaires tués dans l’explosion d’une mine (Observateur Paalga).
Terrorisme: la Chambre de Commerce appelle les acteurs socio-économiques à se joindre à la marche de soutien aux familles éplorées.
Coopération: le Japon octroie un don de 30 milliards de FCFA pour la réhabilitation de la rocade sud-est du boulevard des Tensoba.

Du 22 au 24 août 2017 à Ouagadougou, se tient un atelier de formation sur les données d’observation de la terre pour une gestion efficace des ressources naturelles et de l’agriculture en Afrique. Initié par le Centre ouest africain de service scientifique sur le changement climatique et l’utilisation adaptée des terres (Wascal), cet atelier vise à faire connaitre aux différentes institutions nationales l’importance et la disponibilité des données qu’elles peuvent utiliser dans leurs différentes activités. La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce mardi au sein dudit Centre.

Après les inaugurations des CEG à Bassinko et Boulsin, les dons divers, la Loterie nationale burkinabè (Lonab) s’inscrit dans la défense de la nature. Le samedi 22 juillet 2017 dans la commune rurale de Saaba, elle a procédé à la mise en terre de 500 pieds d’arbres dans la forêt classée de Gonsé. Par ailleurs, 15 000 plants répartis en 5 espèces d’un coût estimé à plus de 9 millions de F CFA ont été mis à la disposition du ministère de l’Environnement. Cette cérémonie de plantation d’arbres a eu lieu sous la présidence du ministre en charge de l’Environnement, Nestor Batio Bassière.

Le Burkina Faso vient d'inscrire son premier site Naturel sur la liste du Patrimoine mondial naturel de L'UNESCO avec succès, le Complexe W-Arly-Pendjari (WAP).

Ouagadougou abrite du 14 au 17 juin 2017, la célébration de la 23e Journée mondiale de Lutte Contre la Désertification (JMLCD) pour conjurer la menace sur le développement, la prospérité et la paix. L’un des moments forts de cette célébration est intervenu, le jeudi 15 juin 2017, dans la salle de conférences de Ouaga 2000, en présence des Présidents Roch Marc Christian KABORE du Burkina Faso, Ibrahim Boubacar KEITA du Mali et Mahamadou ISSOUFOU du Niger.

Ce 17 juin 2017, comme chaque année, le monde entier célèbre la Journée Mondiale de Lutte contre la Désertification et la sécheresse. Initiée par les Nation Unies, elle vise à rappeler les dangers de la désertification et de la sécheresse en vue de sensibiliser davantage l'opinion publique sur les efforts nationaux et internationaux à entreprendre pour combattre le fléau.

Photo d'archives

Le président malien Ibrahim Boubakar Kéïta, est arrivé à  Ouagadougou en début de soirée, ce mercredi 14 juin 2017. Il prendra part à la cérémonie marquant la journée mondiale de lutte contre la désertification.

Le Programme ressources partagées, solutions communes pour le Burkina Faso (SRJS) est un nouveau programme de coopération élaboré avec l’appui du ministère néerlandais des Affaires étrangères pour la période 2016-2020. Ce programme qui met l’accent sur la sauvegarde des biens publics mondiaux basés sur les écosystèmes tels que l’eau, la sécurité alimentaire, la biodiversité et la résilience climatique dans 16 pays tropicaux dont le Burkina, est l’objet d’un atelier international de formation des acteurs à Ouagadougou depuis ce jeudi 8 juin 2017.

Une pluie diluvienne s’est abattue sur la capitale Ouagadougou le 18 mai 2017, causant de nombreux dégâts. Il a été enregistré 96.7 mm à Ouagadougou Aéroport et 31.7 mm à Somgandé.

Les États parties aux conventions de Bâle, Rotterdam et Stockholm se sont retrouvés à Genève du 24 avril au 5 mai pour faire le point sur les actions menées à tous les niveaux pour rendre l'environnement plus sain. Après les experts, les ministres ont pris le relais dans un segment de haut niveau les 4 et 5 mai, pour plancher sur le thème « Un avenir détoxifié : la gestion rationnelle des produits chimiques et des déchets ». La délégation du Burkina conduite par le ministre de l'environnement, de l'économie verte et du changement climatique Batio Nestor Bassiere, a suivi les travaux de bout en bout et a même proposé et obtenu l'inscription de nouveaux produits sur la liste des produits chimiques et déchets toxiques.

© Rapport Perspectives énergétiques des populations pauvres 2016

Dans un rapport intitulé Perspectives énergétiques des populations pauvres, Practical Action, une organisation caritative d’aide au développement, fait le constat que les objectifs majeurs définis par les dirigeants mondiaux pour réduire la pauvreté et favoriser l’accès à l’énergie moderne ne seront pas atteints si les procédures actuelles de planification ne sont pas revues. Le rapport exhorte ainsi les dirigeants du monde à cesser de se voiler la face et à se tourner vers les énergies renouvelables autonomes.

Les 10 et 11 février prochain se tiendra, respectivement à Kongoussi dans le Bam et à Ouagadougou, la cérémonie officielle de clôture de l’Année internationale des légumineuses. En prélude à l’évènement, le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, par ailleurs président de comité d’organisation, a animé une conférence de presse ce lundi 6 février 2017 à Ouagadougou.

Région semi-aride, le sahel a traversé les périodes de sécheresses des années 1970 et 1980 et est affecté par la variabilité spatio-temporelle des précipitations. Des techniques locales ont été donc améliorées par des chercheurs et ont abouti par endroits, à freiner voire stopper le processus de dégradation. « Reverdissement au sahel : résilience, diversité biologique et dynamique de la végétation des écosystèmes », c’est le thème de la thèse de doctorat unique de Ouango Maurice Savadogo pour aborder la problématique. Une soutenance qu’il a brillamment réussit avec la mention « très honorable » le samedi 14 janvier 2017 à l’université Ouaga I Joseph Ki-Zerbo.

Des mots pour le dire...

Sondage

Selon vous, le Programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes initié par le gouvernement est:

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé