Aujourd'hui,
URGENT
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)
Burkina: «Plus d'une dizaine de militaires» tués dans l’attaque de leur détachement
Soudan: le procès pour corruption d'Omar el-Béchir s'ouvre à Khartoum
Burkina: 270 776 personnes déplacées internes enregistrées à la date du 16 août, le plan d'urgence estimé à plus de 110 milliards de FCFA
Fada N'Gourma : décès de sa Majesté Kupiendieli, 31ème Roi du Gulmu, dans la nuit de vendredi 16 au samedi 17 août 2019. 
Soudan: le nouveau Premier ministre Abdalla Hamdok confirmé le 20 août

ECONOMIE

Il existe désormais en Côte d’Ivoire et au sein de la diaspora burkinabè un Conseil des opérateurs économiques burkinabè (COEBCI). 

Portée sur les fonts baptismaux, il y a quelques mois, avec la caution de la Représentation diplomatique et consulaire du Burkina Faso en Côte d’Ivoire, cette nouvelle structure vient combler un grand vide au niveau de l’organisation de la communauté burkinabè, en l’occurrence le cercle des hommes d’affaires burkinabè vivant en Côte d’Ivoire.

A l’occasion de la tenue du 8ème Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) entre le Burkina Faso et la République de Côte d’Ivoire, prévu du 26 au 31 juillet 2019 à Ouagadougou, nous vous proposons de faire la connaissance de cette nouvelle faîtière des hommes d’affaires burkinabè vivant au pays de Félix Houphouët Boigny. 

Créé le 08 décembre 2018, le Conseil des opérateurs économiques burkinabè en Côte d’Ivoire est une association apolitique et à but non lucratif. Son objectif principal est de réunir les chefs d’entreprises et de sociétés burkinabè exerçant leurs activités essentiellement en Côte d’Ivoire dans un cadre de concertation, de solidarité, de partage et de défense de leurs intérêts. Ancien représentant du Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC) à Abidjan, Monsieur Moussa Ouédraogo, président du COEBCI est formel: «Nous sommes une association qui fédère les entrepreneurs burkinabè exerçant en Côte d’Ivoire». 

Recevant les membres du bureau du COEBCI, le 05 juin 2019, l’Ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’Ivoire, SEM. Mahamadou Zongo et le Consul Général du Burkina Faso à Abidjan, Benjamin Nana, ont prodigué des conseils à Moussa Ouédraogo et sa délégation. Ces conseils ont porté sur la nécessité et l’obligation de disposer d’une association «inclusive et qui bannit les clivages ethniques, politiques et religieux», selon les mots de l’Ambassadeur Zongo. 

En retour, Moussa Ouédraogo et ses collègues ont indiqué à la Représentation diplomatique et consulaire que cette nouvelle structure est consensuelle, car c’est après de multiples concertations et échanges directs que le 11 janvier 2019, le Préfet d’Abidjan a donné une suite favorable à la déclaration et à la demande d’agrément du Conseil des Opérateurs économiques burkinabè de Côte d’Ivoire.

Pour marquer sa présence sur le terrain, le COEBCI a déjà mené plusieurs activités. D’abord, le 04 mai 2019, les membres de la COEBCI s’étaient réunis à Yamoussoukro. Objectif, informer et sensibiliser les participants sur la nécessité d’adhérer à cette plateforme dans laquelle militent déjà des personnalités de renoms tels que les stylistes Pathé’O et Saint Jo, le DG du Groupe Serfin, Mady Ouédraogo, et le PCA de la Sitarail, El Hadj Issaka Sawadogo.

C’était la toute première sortie officielle du Conseil qui a mobilisé à Yamoussoukro plus de 200 opérateurs économiques. Cette rencontre a été une occasion pour Moussa Ouédraogo et ses collègues de se réjouir de la création de cette association. «Avec notre nombre en Côte d’Ivoire, nous pouvions réaliser de grandes choses si nous étions organisés. Nous sommes des gens travailleurs, disciplinés et polis. Ce que les Burkinabè n’ont pas réussi jusqu’aujourd’hui, c’est de se mettre ensemble pour que leur nombre soit visible et reflète leur présence. Si nous étions organisés, nous aurions pu construire quelque chose de plus représentatif pour notre honneur. Il est donc grand temps que nous puissions réfléchir à ces choses. Nous n’avons pas créé cette association pour faire de la politique. Chacun d’entre nous a son bord politique. Nous parlons de nous rassembler pour voir comment unir nos efforts et nos intelligences pour construire des écoles, des universités et les cliniques».

Il y a eu également la séance de travail entre le bureau de la COEBCI et le président du Patronat burkinabè, le jeudi 16 mai 2019. Le Patron du patronat burkinabè, Monsieur Apollinaire Compaoré, de passage à Abidjan, a indiqué lors d’une séance de prise de contact avec les membres du Conseil que «les portes du patronat burkinabè vous sont ouvertes. Le patronat burkinabè sera à vos côtés pour vous soutenir. Je vous encourage donc dans ce que vous faites pour la communauté burkinabè en Côte d’Ivoire».

Mais avant cette intervention, le président du COEBCI a longuement entretenu la délégation du patronat burkinabè sur les motivations qui ont valu la mise en place du Conseil. Il lui a expliqué de long et en large les objectifs et le bénéfice que la communauté burkinabè et partant le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire pourraient tirer de la mise en place de cette organisation. A l’endroit du président du patronat burkinabè, Moussa Ouédraogo a déclaré: «Nous fondons beaucoup d’espoir sur ce que le patronat peut apporter à notre structure en terme de conseils et d’orientation».

Qui veut aller loin ménage sa monture. Faisant sien cet adage, le bureau exécutif du COEBCI a initié une formation à l’endroit de ses membres. C’était le 12 juin 2019 que les hommes d’affaires burkinabè, membres de cette faîtière, ont eu droit à une session de formation, à Abidjan, dirigée par le Ministre burkinabè du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Monsieur Harouna Kaboré et en présence de la représentation diplomatique et consulaire burkinabè.

A cette occasion, le Ministre Harouna Kaboré a fait une importante communication dans laquelle, il a non seulement exhorté les opérateurs économiques de la diaspora à investir au pays, mais surtout exposé les opportunités d’investissement au Burkina Faso. «La Côte d’Ivoire est le premier partenaire économique du Burkina Faso et elle se trouve être le pays qui accueille la plus grande diaspora. C’est pourquoi nous invitons les opérateurs économiques à contribuer au développement du Burkina Faso en y investissant», a lancé Harouna Kaboré qui a, par ailleurs, insisté sur la nécessité pour les opérateurs économiques de la diaspora d’être sensibilisés sur les mesures incitatives mises en place par le Gouvernement burkinabè afin de faciliter les investissements. Il s’agit, entre autres, des avantages fiscaux et le nouveau code d’investissement. «Le Burkina Faso attend beaucoup des hommes d’affaires de la diaspora pour booster sa croissance économique».

Prenant la parole, le président du Conseil a expliqué le bien-fondé de la structure qu’il dirige tout en précisant qu’elle n’a pas pour vocation de faire «gagner de l’argent» mais d’être un creuset de solidarité et de défense des intérêts de ses membres.

On note également à l’actif du COEBCI, des visites des entreprises appartenant à ses membres influents. Il s’agit de l’usine de CIM Ivoire de l’homme d’affaires Inoussa Kanazoé, visitée le 11 juin 2019, de la société STIB de Issaka Sawadogo et l’atelier du styliste Pathé’O, visités le 13 juillet 2019.

Le bureau exécutif président par Moussa Ouédraogo n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Moussa Ouédraogo et son bureau projettent dans les semaines à venir des tournées à l’intérieur de la Côte d’Ivoire pour sensibiliser et informer l’ensemble des opérateurs économiques burkinabè sur la nécessite d’adhérer au COEBCI.

Ambassade du Burkina Faso en République de Côte d’Ivoire

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé