Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Le procès du putsch manqué de 2015 de nouveau renvoyé au 29 juillet, dans l'attente d'une décision du Conseil constitutionnel. 
Football: Kamou Malo, précédemment coach de l'USFA, est le nouveau sélectionneur des Etalons (communiqué FBF).  
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France

ECONOMIE

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a présidé ce vendredi 28 juin 2019 à Ouagadougou, la cérémonie d’ouverture de la 27e session de l’Assemblée générale des sociétés d’Etat (AG-SE). Au cours de cette rencontre, vingt et une sociétés d’Etat doivent présenter leurs rapports de gestion et leurs états financiers au titre de l’exercice 2018.

Malgré un contexte difficile, c’est un bilan globalement satisfaisant que le Premier ministre, président par délégation de l’Assemblée générale des Sociétés d’Etat, fait de l’exercice 2018 à l’entame des travaux. Selon Christophe Joseph Marie Dabiré, l’exercice clos au 31 décembre 2018 a été marqué par une conjoncture économique internationale, caractérisée par une croissance mondiale molle, légèrement en-deçà de celle de l’année précédente. Il a rappelé qu’au plan national, cette conjoncture a été marquée par la récurrence des tensions sociales, dans des secteurs stratégiques et dans un contexte sécuritaire préoccupant, impactant défavorablement l’activité économique.

Malgré tout, Christophe Joseph Marie Dabiré a souligné que « nos 21 sociétés ont réalisé un chiffre d’affaires en croissance de 12,92% en 2018, en repli de 6,68 points par rapport au taux de croissance de 19,60% observé en 2017 ».

En dépit de ce repli, le chef du gouvernement s’est dit satisfait du résultat net global, qui est passé de 139,559 milliards de FCFA en 2017 à 172,663 milliards en 2018, soit un accroissement de trente-trois milliards cent quatre millions (33 104 000 000) de F CFA, et cela, nonobstant un déficit réalisé par six sociétés : il s’agit notamment de la Minoterie du Faso (MINOFA), de la Société burkinabè de télédiffusion (SBT), de la Société d’exploitation des phosphates du Burkina (SEPB), de la Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (SONAGESS) et de la Société nationale d’aménagement des terrains urbains (SONATUR) dont les ventes ont considérablement baissé. Ces six sociétés, a-t-il expliqué, ont rencontré des difficultés, toute chose qui a impacté négativement leurs performances.

« La contribution de nos entreprises publiques au budget national s’est également accrue de cinquante-cinq milliards trente-huit millions (55 038 000 000) de F CFA entre 2017 et 2018 », a fait savoir le chef du gouvernement. Pour lui, 481 emplois ont pu être créés par les sociétés d’Etat, entre 2017 et 2018.

En vue d’améliorer leurs performances, le Premier ministre a invité les entreprises, à prendre les dispositions urgentes et idoines pour la mise en œuvre effective des outils de gouvernance recommandés par le Code de bonnes pratiques de gouvernance des Sociétés d’Etat.

« Les résultats qui transparaissent à travers les états financiers me permettent d’ores et déjà de renouveler les encouragements de Son Excellence Monsieur le Président du Faso, aussi bien à vous, membres des conseils d’administration, directeurs généraux, qu’à l’ensemble du personnel de vos structures respectives qui ont œuvré à l’atteinte de ces résultats louables », a-t-il mentionné.

Par ailleurs, il a exhorté les travailleurs des structures publiques, « à toujours privilégier le dialogue fécond, socle de stabilité des sociétés d’Etat ».

DCI/PM

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé