Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

ECONOMIE

La  Société nouvelle huilerie et savonnerie (SN Citec)  a échangé ce samedi 26 janvier 2019 avec un groupe de journalistes de la presse nationale et quelques organisations de consommateurs. Au cours d’un déjeuner de travail tenu à Ouagadougou, les responsables de la société ont, entre autres, abordé la situation actuelle du marché des huiles alimentaires et les difficultés d’écoulement de leurs produits.

La SN-Citec dans le domaine des huiles alimentaires, c’est 1/5 du marché national. Mais malgré sa faible présence, elle a du mal a écoulé ses huiles au plan national du fait de la présence sur  le marché de produits importés d’Asie et de Malaisie qui ne respecteraient pas les dispositions légales  en matière d’importation. 

Pour le Directeur commercial de la société, Ibrahim Traoré, les importateurs ne respecteraient pas les dispositions prescrites par l’arrêté conjoint n°2011-264/MICA/MEF/MS/MEED/MFPTSS du 09 décembre 2011, portant sur les conditions générales d’installation et de production des huiles alimentaires produites au Burkina Faso et surtout celui de l’arrêté n°2011-0265/MICA/MS/MEF, du 09 décembre 2011, portant sur la qualité des huiles alimentaires destinées à la consommation au Burkina.

« Nous subissons la concurrence déloyale  des  importations principalement qui nous arrivent avec ces huiles au revoir Malaisie et au revoir Asie. Ces huiles  inondent nos marchés à des prix défiant toute concurrence nonobstant les réglementations en vigueur  qui s’appliquent cependant aux huiles de productions locales (…) Nous demandons à l’autorité de rester ferme, d’appliquer l’intégralité des textes à tous quels que soit l’origine, l’importation ou la production locale » a expliqué M. Traoré.

Outre cela, la SN Citec estime que les autorités devraient prendre ces mesures pour protéger le consommateur car certaines huiles qui rentrent frauduleusement sur le territoire contiennent du cholestérol et proviendraient de la transformation du palm.  Vantant les mérites de l’huile Savor, que produit la SN Citec,  le directeur commercial indiquera que leur marque est produite entièrement au Burkina avec les graines de coton et est respectueux de toutes les dispositions réglementaires en matière de fabrication d’huile dans la sous-région.

A titre d’exemple, la marque Savor est sans cholestérol  et enrichie en vitamine A. C’est pour sa qualité que l’huile de la SN Citec a été la première huile burkinabè à être certifiée par l’Agence Burkinabè de Normalisation, de la Métrologie et de la Qualité (ABNORM) le 18 janvier dernier.

C’est pour renforcer le plaidoyer auprès des autorités et  accentuer la sensibilisation des consommateurs burkinabè que la SN Citec souhaite donc l’accompagnement des médias pour que les sociétés nationales ne disparaissent pas à cause de la mévente. « Nous vous demandons de jouer le rôle de relais en communiquant les informations qu’il faut. C’est pourquoi au cours de ce déjeuner de travail, nous avons tenu à vous remettre le recueil des textes réglementaires qui régissent notre secteur d’activité afin que vous puisiez des sujets d’intérêts que vous développerez dans vos articles.. » a conclu M. Traoré.

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé