Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

ECONOMIE

Le 15 février 2018, le gouvernement burkinabè avait tenu la première session ordinaire du Conseil d’orientation stratégique du programme d’urgence pour le Sahel (COS/PUS-BF) qui portait sur l’adoption du Plan de travail annuel budgété (PTAB) du PUS d’un cout global de 154,92 milliards de francs Cfa. Ce vendredi 18 janvier 2019, le gouvernement a jugé nécessaire de marquer une halte à travers cette 2ème session pour apprécier l’état d’avancement des différentes réalisations et donner les orientations pour l’année 2019.  

Au titre du bilan, le Conseil a constaté qu’il y a eu une progression dans le dynamisme de la mise en œuvre des activités sur le terrain. Aux dires de la secrétaire d’Etat chargée de l’Aménagement du territoire, Pauline Zouré, les résultats consignés à partir du premier semestre et celui de deuxième semestre indiquent un taux de réalisation de plus de 50% qui donne des lueurs d’espoir. «Le programme a été exécuté cette année dans un contexte assez difficile mais aussi dans un contexte de ressources financières compliquées et nous avons pu obtenir des résultats dans toutes les composantes notamment dans la composante socio-économique, la composante gouvernance locale et la composante sécurité et défense publique» a-t-elle fait savoir.  Elle estime en outre que le PUS a atteint son objectif au regard des différents résultats présentés et au regard aussi des réalisations qui sont faites sur le terrain.

Au regard de tout cela, il a été pris deux résolutions dont la première est la plus importante car, explique la secrétaire d’Etat, au regard du passage des problèmes de sécurité dans d’autres régions du pays, le Conseil a instruit une extension du programme d’urgence dans les régions de l’Est, de la Boucle du Mouhoun et dans la région du Centre-Est. 

Selon ses explications, étant donné que la région du Sahel est toujours en situation de fragilité, le gouvernement est venu avec des actions de soutien à cette région. «Il était aussi normal que nous puissions venir avec des actions complémentaires à ce qui se fait au niveau de la stratégie militaire pour pouvoir venir en soutien aux populations. Donc, c’est la vision et la note conceptuelle qui ont été actées. Dans les jours à venir, nous allons nous mettre dans la planification et la programmation des besoins et de l’estimation financière pour pouvoir traduire le montant qui sera mobilisé pour ces trois régions citées», précise-t-elle en soulignant que la deuxième résolution est que le Conseil puisse continuer à la mobilisation des ressources auprès des partenaires pour pouvoir permettre la mise en route de cette résolution.

Cette présente session intervient après la tenue en juillet dernier de la conférence internationale sur la mise en œuvre du PNDES au cours de laquelle le gouvernement avait pu recueillir des annonces de l’ordre de 149,7 milliards de francs cfa pour le financement du PUS-BF auprès des partenaires. La cérémonie d’ouverture de cette deuxième session a été présidée par le ministre de la Sécurité, Clément Sawadogo, représentant le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, président du COS/PUS-BF.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé