Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

ECONOMIE

Au Burkina, dans le cadre de la commémoration des 25 ans de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA), le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) Meyliet Koné Tiemoko a eu une audience avec le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba ce vendredi 11 janvier 2019.

En tant que gouverneur de la BCEAO, Koné Tiemoko affirme que «la santé économique de l’UEMOA est bonne». Une bonne forme qui se justifie selon lui par l’augmentation du Produit intérieur brut (PIB) depuis pratiquement 2012 et qui est toujours en croissance. Ce qui n’est pas le cas pour les pays des autres régions renchérit-il. Au niveau du Burkina, «la croissance est bonne malgré les difficultés sécuritaires», selon M. Tiemoko. Une croissance qui serait de 6,6% en 2018 selon le patron de la BCEAO.

«Ce tour d’horizon nous a permis de voir que les perspectives pour les années à venir sont bonnes. Il faut souhaiter que les conditions sécuritaires s’améliorent de plus en plus pour permettre au Burkina d’aller de l’avant et permettre une croissance de plus en plus élevée. On ne peut pas ne pas dire la satisfaction que nous avons de voir que le pays avance comme tous les pays de l’union à la satisfaction non pas seulement de la banque centrale mais aussi de la communauté financière internationale», reconnait M. Tiemoko. Il souhaite d’ailleurs que les conditions s’améliorent et que les efforts fournis soient récompensés pour un bonheur de plus en plus important des populations burkinabè.

Du débat sur le francs CFA, le gouverneur de la BCEAO estime qu’il n’y a pas d’actualité avec cette monnaie. «Le francs CFA est une monnaie solide, qui sert nos Etats, qui permet la croissance et que les populations adoptent. Parce qu’on ne voit dans aucun pays, des personnes qui se lèvent pour dire qu’ils veulent le Dollar, le Yen ou des Euros. Ils travaillent tous avec le francs CFA. C’est une polémique qui s’est faite à un moment. Pour nous, il n’y a pas de problème avec le francs CFA», ajoute M. Tiemoko. Cependant, Koné Tiemoko reconnait qu’une monnaie peut évoluer lorsque les pays évoluent. Mais pour lui, elle évoluera selon ce que les conditions économiques imposeront et non à cause d’une quelconque polémique.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé