Aujourd'hui,
URGENT
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».
Burkina: Incarcéré à Ouaga,Jean Claude Bouda, ex ministre de la Défense obtient une «permission» d’un mois pour des soins (LeFaso.net). 

ECONOMIE

Du 29 novembre au 1er décembre prochain se tiendra à Ouagadougou la deuxième édition du salon international du commerce électronique. En prélude à cette activité, le vendredi 23 novembre dernier, le comité d’organisation était face à la presse pour élucider les grands axes de cette 2ème édition.


Dénommé salon E-commerce Ouaga, ce rendez-vous du donner et du recevoir des acteurs de l’économie numérique, est une plateforme internationale de partage sur les enjeux, opportunités et innovations du digital, du commerce électronique et de la poste-livraison expresse. Selon le directeur du Salon, Anselme Mano, elle vise aussi à créer un cadre de rencontres professionnelles entre entreprises des différents secteurs de l’économie numérique et des d’échanges entre les acteurs du public et du privé. Durant 72 heures, les acteurs du E-commerce vont se pencher sur le thème «contribution du commerce électronique pour l’émergence des économies africaines». Au programme, des conférences thématiques, des rencontres B2B, des expositions, des formations e-campus, des business forum, entre autres.

Aux dires du directeur du Salon, «les anciennes pratiques dans le commerce vont mourir de leur belle mort et faire place au E-commerce». Afin de réussir cette révolution vers le E-commerce, six (6) outils sont indispensables à en croire M. Mano. Il s’agit des technologies E-commerce, de l’optimisation du E-commerce, des services du E-commerce, la poste et la livraison expresse M-commerce, Transit-Logistique et transports. Ces outils, à l’entendre, permettront aux différents acteurs de pouvoir entrer dans cette ère de changement de mode de consommation.

Pour cette édition, c’est le Rwanda, pays des mille collines, qui est le pays invité modèle avec la présence d’une vingtaine de personnes et d’une douzaine de structures exposantes dont deux parapubliques. Toutefois, pour cet évènement qui se veut désormais panafricain, invite a été faite aux responsables d’entreprises à participer au salon du E- commerce qui est une vitrine d’échanges et de partage d’expériences, mais aussi une aubaine pour les affaires. Près de 60 exposants et 1200 visiteurs professionnels sont attendus.

A noter que cette 2ème édition est placée sous le patronage du ministre en charge du Développement numérique, Hadja Fatoumata Ouattara/Sanon, le co-patronage du ministre du Commerce, Harouna Kaboré, de la présidence du président de l’Arcep Tontama Charles Millogo et du parrainage de Justin Damo Barro, ancien ministres des Finances.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir