Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

ECONOMIE

Le Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) est sorti de son silence ce samedi 24 novembre 2018 au cours d’une conférence de presse, qui servait de cadre pour qu’elle livre sa position face à la retenue à la source de la taxe de résidence opérée par le gouvernement. Il qualifie cette mesure de « répression fiscale ».

 « On ne peut pas saisir le salaire d’un travailleur sans suivre la procédure » foi de Nongo Grégoire Traoré, secrétaire général de la SNAID.  En début novembre, via un communiqué, la direction générale des impôts invitait les usagers à s’acquitter de leur taxe de résidence, faute de quoi, elle procédera à des retenues à la source.  

Selon le constat de certains fonctionnaires, les retenues à la source ont été opérées sur les salaires du moi de novembre 2018. C’est cette situation qui est décriée par M. Traoré et ses camarades qui trouvent que le délai donné n’était pas « raisonnable ». Selon Nongo Grégoire Traoré, le communiqué a été publié en début de mois de novembre, et les concernés avaient jusqu’à la date du 10 du même mois, pour être en règle. De ce fait, pour la SNAID, cette procédure appliquée par l’Etat est « illégale et injuste ».  Et c’est fort de ce constat, qu’il estime qu’il s’agit « d’une violation flagrante du principe de l’égalité de tous devant les impôts ». 

Par ailleurs, constatant que certains de leurs camarades ont déjà été victime de cette « injustice » car ayant été coupés d’une retenue à la source allant de 4.000 F CFA à 9.000 F CFA, le SNAID exige du gouvernement un remboursement desdites sommes « sans formalité préalable ». 

Par la même occasion, le gouvernement a été invité à « l’arrêt des procédures de tracasseries contre les travailleurs, à la soumission de tous les citoyens en fonction de leur faculté contributive à des bases d’impositions juste et équitables et au recouvrement des dettes de l’Etat de toutes natures ».         

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé