Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

ECONOMIE

En marge de la 15ème édition du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (Siao), le comité d’organisation, en collaboration avec le Comité de coordination pour le développement et le promotion de l’artisanat africain (Codepa) organise du 29 au 31 octobre 2018 à Ouagadougou un atelier-séminaire sur le thème du Siao : «artisanat africain, exigences du marché et développement technologique». La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce lundi sous la présidence du ministre en charge de l’Artisanat, Harouna Kaboré.

Durant ces trois jours, le Siao offre une opportunité au monde de l’artisanat africain pour mieux cerner la problématique de la qualité des produits artisanaux, des possibilités qu’offrent les nouvelles technologies. Pour ce faire, cinq sous thèmes seront développés par les acteurs du monde artisanal. Il s’agit des «Nouvelles technologies, facteur de différenciation et de compétivité dans la conquête de nouveaux marchés», de l’«Artisanat africain et capacité des artisans et entreprises artisanales à l’exportation». Aussi, les participants se pencheront sur le «rôle des Tic dans la consolidation du commerce intra-africain et international: quelles contributions face aux exigences des marchés», «Artisanat africain, exigences du marché et développement technologique: expérience du Centre international de l’artisanat du Cameroun» et enfin l’expérience du Village artisanal de Ouagadougou.

Pour le ministre Harouna  Kaboré, il était de bon ton pour le Siao d’organiser ce séminaire-atelier réunissant des experts afin de permettre un échange fructueux et un partage d’expérience et de bonnes pratiques en matière de qualité des produits artisanaux africains et d’exploitations de technologies nouvelles.  

Etablir un diagnostic sur les contraintes, les capacités ou le potentiel de contribution des nouvelles technologies à l’accès aux différents marchés surtout internationaux et mettre en lumière un système alternatif conséquent de production et de comportement des acteurs du secteur. Tel est l’objectif général du présent séminaire qui réunira tous les acteurs concernés pour partager et échanger sur les différents sous thèmes. 

De ce fait, les travaux devront, entre autres, faire un état des lieux des initiatives de bonnes pratiques en termes d’accès au marché international, susciter la réflexion sur la compréhension des caractéristiques du marché international de l’artisanat. Egalement, cerner les aspects importants susceptibles d’aider les artisans africains à mettre sur pied des entreprises florissantes d’exportation des produits de l’artisanat et faire preuve d’inspiration en matière d’élaboration de produits et services empreints de créativité.

A entendre le ministre, dans un contexte de mondialisation marqué par une rude concurrence, l’artisanat africain doit pouvoir allier la fibre artistique d’avec les exigences économiques. Pour ce faire, dit-il, les initiatives artisanales informelles doivent se formaliser par la création d’entreprises. «L’artisanat africain doit nourrir son homme et assurer aux artisans et artisanes un meilleur devenir»  a conclu le ministre Kaboré.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé