Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

ECONOMIE

En tout, 4 810 litres d'huile raffinée de qualité douteuse et 175 litres d'huile brute ont été saisis à la suite d’un contrôle de la régularité des unités de production d'huiles alimentaires à Bobo Dioulasso, selon un communiqué du ministère en charge du Commerce.

L’opération, menée par la Brigade mobile de contrôle du ministère en charge du Commerce -à une date non précisée-, entrait dans le cadre de la protection du tissu industriel et économique du pays. Elle a également permis de saisir du matériel servant à la transformation artisanale de l’huile.

Au total, dix unités de production d'huiles alimentaires et d'aliments pour bétail irrégulières ont été recensées et contrôlées. Quatre de ces unités ont été mises sous scellés tandis que et six unités ont été purement et simplement démantelées. 

«L'implantation d'unités industrielles clandestines et les pratiques frauduleuses, sont contraires à la réglementation économique et seront réprimées conformément à la loi», rappelle le ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat.

Le secteur de l’huilerie au Burkina Faso fait face à une mévente qui menace l’existence des usines régulièrement installées et les emplois. Les acteurs du domaine estiment à 10 milliards de FCFA la valeur des stocks invendus. 

Fin septembre, le Réseau des importateurs et distributeurs d’huiles alimentaires avait rencontré le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat afin de lui soumettre des propositions de solutions pour résoudre la crise.

Dans la foulée, le gouvernement a adopté un décret  intégrant l’huile alimentaire, l’oignon, les pneus et la pomme de terre parmi les produits soumis à une autorisation d’importation.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir