Aujourd'hui,
URGENT
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti
Burkina: près de 25 000 réfugiés bénéficient de l’asile (HCR)
HCR: 68,5 millions de personnes déracinées dans le monde à la fin 2017 (Rapport)
Côte d’Ivoire: une pluie diluvienne fait au moins 10 morts dans plusieurs quartiers d’Abidjan (AIB)
Economie: au 31 janvier 2017, les chèques impayés émis au profit de l’Etat burkinabè représentait un montant de plus de 36 milliards de FCFA
Cameroun:  deux militants du RDPC tués, le gouvernement accuse les séparatistes (RFI)
Minefid: le gouvernement va recruter "un personnel d’appoint constitué de retraités et de volontaires" pour suppléer les grévistes
Sport: la Burkinabè Marthe Koala a remporté l’heptathlon au meeting des épreuves combinées de Kladno en République Tchèque
Burkina: plus de 315 000 candidats ont débuté ce lundi 18 juin les épreuves écrites du 1er tour du  BEPC
Ouagadougou: le développement du sport et des loisirs au cœur d’un séminaire international à Ouagadougou du 18 au 20 juin

Le siège de la BCEAO à Dakar

ECONOMIE

Des panafricanistes opposés au franc des Colonies Françaises d’Afrique (CFA) en cours dans 15 Etats (14 pays africains et les Comores)  organisent le samedi 7 janvier prochain une journée internationale de mobilisation sur le thème du franc CFA et la nécessité de s’en défaire.



Le 7 janvier, ces africains panafricanistes vivant en France retrouveront ceux du continent pour échanger sur la problématique du franc CFA et des modalités et conditions de le « bouter » hors du continent.  Le but de cette mobilisation internationale est d’une part de contribuer aux débats en Afrique, en Europe et en Amérique en ce qui concerne les moyens de sortir sous la coupe de cette monnaie et d’autre part  d’informer l’opinion locale et internationale sur les conséquences du lien qui attache encore la France, l’ancienne métropole à ses ex-colonies.

Le Communiqué de presse évoquant l’initiative précise également qu’il s’agira aussi pour ces acteurs engagés contre le CFA « de discuter des transformations indispensables à opérer tant au niveau institutionnel que politique pour répondre aux intérêts des quinze pays de la Zone franc CFA dont onze sont classés parmi les pays moins avancés (PMA) par les Nations unies».

Et l’intérêt selon les détracteurs de la monnaie, est la mise en place d’une monnaie unique africaine qui sera le fruit de la mise en œuvre de solutions alternatives pour un développement économique en phase avec les besoins des différentes populations.

«Penser une Afrique nouvelle, c’est penser l’émergence d’un continent libéré du joug impérialiste, qui prend en main son économie et gère directement l’exploitation de ses propres ressources naturelles. La monnaie est un attribut de souveraineté. Or, le franc CFA, cheval de Troie du néocolonialisme, empêche évidemment cette impulsion », tels sont les justificatifs avancés dans le communiqué.

Cette mobilisation coordonnée va se dérouler dans les différents pays utilisant le CFA et dans quelques capitales européennes comme Paris, Londres et Bruxelles. Dans lesdites villes, des conférences sont prévues. Au Burkina Faso, la conférence se tiendra le samedi à partir de 15 heures au siège du mouvement, le Citoyen africain pour la renaissance (CAR) sis à Ouagadougou.

La coordination internationale des conférences du samedi 7 janvier 2017 et leur déroulement seront assurés par les membres de l'ONG Urgences Panafricanistes (URPANAF). L’appel de cette mobilisation internationale avait été lancé le 26 décembre 2016 par l’écrivain Kemi Seba et l’URPANAF.

En cours aux Comores et dans quatorze Etats en Afrique : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Mali, Niger, République Centrafricaine, République du Congo, Sénégal, Tchad, Togo, le francs CFA a été créé en 1945.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Si la grève se prolonge au ministère de l’Économie et des Finances, le gouvernement burkinabè compte faire appel à des retraités et à des volontaires pour assurer la continuité du service. Pour vous, cette décision est:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé