Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

ECONOMIE

La Banque mondiale a approuvé le 26 juin, 2018 un financement record d’environ 300 millions de dollars en faveur du secteur de l’eau et de l’assainissement au Burkina Faso, selon ce communiqué de presse.

«La Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un financement en faveur du Burkina Faso d’une ampleur sans précédent : cette opération d’un montant de 206,7 millions d’euros (assorti de 34,8 millions de droits de tirage spéciaux) alloué par l’Association internationale de développement (IDA)* doit permettre au pays d’améliorer l’accès, la pérennité et l’efficacité des services d’eau et d’assainissement en milieu urbain et rural. Il permettra notamment à la compagnie nationale de l’eau et de l’assainissement de prendre des engagements de fourniture de services améliorés et d’en rendre compte.

Le Programme d’amélioration des services d’eau et d’assainissement, qui relève d’un financement axé sur les résultats, bénéficiera respectivement à plus de 1,1 million et 1,3 million d’habitants dans les zones urbaines et rurales visées.

Les autorités du Burkina Faso sont déterminées à assurer un accès universel et équitable à des services d’eau et d’assainissement adaptés, reposant sur une gestion efficace des ressources en eau afin de favoriser un développement durable. La Banque mondiale s’engage pleinement à leurs côtés.

«Grâce à son concept innovant, ce programme va mobiliser des financements privés en direction du secteur de l’eau et de l’assainissement en recourant à des incitations destinées à améliorer et pérenniser les services, y compris sur le plan opérationnel et de l’entretien des infrastructures, de la récupération des coûts et du renforcement du capital humain», souligne Cheick Kanté, responsable des opérations de la Banque mondiale pour le Burkina Faso.

Le Programme d’amélioration des services d’eau et d’assainissement au Burkina Faso repose sur des stratégies nationales ambitieuses, dont le Plan national de développement économique et social (PNDES) conçu pour relever les défis de l’assainissement, de l’approvisionnement en eau et de la gestion des ressources en eau, dans l’optique de réaliser l’Objectif de développement durable numéro 6  à l’horizon 2030, qui appelle à un accès universel, équitable et abordable à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène.

«Le programme va favoriser l’inclusion et un meilleur partage des richesses grâce à l’amélioration des services d’eau et d’assainissement dans les localités mal desservies (zones périurbaines, villes secondaires et zones rurales). Il s’attachera par ailleurs à réduire les discriminations à l’encontre des femmes en soutenant des initiatives en leur faveur», explique Carolina Dominguez, responsable du programme à la Banque mondiale.

Le programme répond au double objectif de la Banque mondiale qui vise à mettre fin à l’extrême pauvreté et à promouvoir une prospérité partagée. Il correspond également à la priorité que s’est fixé le gouvernement du Burkina Faso de renforcer son capital humain, physique, naturel et institutionnel.

Il appuiera les efforts du pays en matière d’obligation de performance, puisque son financement est lié à la concrétisation d’un certain nombre d’indicateurs de résultats. Le recours à ce type d’instrument de financement permettra par ailleurs de renforcer les procédures et les systèmes nationaux, puisqu’il s’appuie sur les dispositifs fiduciaires et de gestion environnementale et sociale du pays. Enfin, le programme facilitera la coordination avec les autres partenaires de développement.»

* L’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle accorde des dons et des prêts à faible taux d’intérêt ou sans intérêts en faveur de projets et de programmes de nature à stimuler la croissance économique, à réduire la pauvreté et à améliorer la vie des plus démunis.

L’IDA figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 75 pays les plus pauvres de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA permettent d’apporter des changements positifs dans la vie de 1,5 milliard de personnes résidant dans les pays éligibles à son aide.

Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 113 pays. Le volume annuel des engagements est en constante augmentation et s’est élevé en moyenne à 18 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 54 % environ de ce montant étant destinés à l’Afrique.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé