Aujourd'hui,

ECONOMIE

Dans le cadre de la mise en exécution de sa mission d’information et de sensibilisation des acteurs de la commande publique, l’Autorité de régulation de la commande publique, (Arcop) a organisé les 20 et 21 décembre 2016 à Loumbila, le 4ème atelier d’information des journalistes sur la commande publique. Ce sont une trentaine de journalistes qui se sont imprégnés du contenu des textes réglementaires de la commande publique. Une chose qui leur permettra de jouer un rôle actif et professionnel dans la bonne gouvernance économique du Burkina Faso.

 


Le cadre réglementaire et les procédures de passation des marchés publics, le code d’éthique et de déontologie de la commande publique, l’apport des médias dans la bonne gouvernance des marchés publics, ce sont les principaux thèmes qui ont été développés à l’intention des journalistes qui ont pris part à cet atelier de formation et d’information de 48 heures.

Tout d’abord, les journalistes ont eu droit à une communication primitive de la part du président de l’Arcop, qui leur a permis de mieux connaître l’Autorité de régulation de la commande publique, ses missions, attributions, organisation et fonctionnement, mais aussi et surtout les défis auxquels elle fait face. Elle a entre autres missions de conduire des audits et enquêtes en matière de commande publique et suivre la mise en œuvre des recommandations des audits, contrôler les procédures d’octroi des certifications et agréments aux opérateurs économiques.

Ces 48 heures de travaux ont permis aux participants de s’approprier des différents textes régissant la commande publique. Des textes en vigueur mais aussi en cours d’adoption. Toute chose qui leur permettra de servir de relai au niveau de la population, mais aussi des acteurs de la commande publique de manière globale pour une meilleure compréhension de ce domaine.

La commande publique, selon le président de l’Arcop, Dramane Milloho, est régie par quatre principes fondamentaux à savoir l’économie et l’efficacité du processus d’acquisition, le libre accès à la commande publique et l’égalité de traitement des commandes et la transparence.

Le respect de ce dernier principe l’information disponible à toutes les étapes du processus. «Ce principe implique que les textes régissant les marchés publics, les opportunités de marchés matérialisées par les avis généraux, les plans de passation de marchés, les avis d’appel à concurrence et les résultats des attributions soient publiés afin de les rendre accessibles au public», a précisé M. Milloho.

«Les journalistes jouent un rôle important dans la gouvernance, la gouvernance économique en particulier. Pour nous, acteurs de la commande publique, il est important que nous puissions communiquer avec les journalistes, leur donner l’essentiel de ce qui se passe au niveau de la commande publique pour qu’à leur tour, ils puissent jouer convenablement le rôle qui est le leur », a indiqué le secrétaire permanent de l’Arcop, Tahirou Sanou. Et, d’ajouter que : « si les journalistes sont suffisamment imprégnés des différents textes, ils exercent un contrôle qui permet de savoir ce qui se passe au niveau de la commande publique et cela participe à l’efficacité au niveau de la commande publique.»

Ainsi, en plus des textes en vigueur, ils ont eu l’occasion de s’imprégner des différentes innovations en cours au niveau de la réglementation générale de la commande publique. S’agissant du décret portant code d’éthique et de déontologie des acteurs de la commande publique, il vise à moraliser le secteur. En permettant aux journalistes de renforcer leurs capacités dans le domaine de la commande publique et ses implications, l’Arcop contribue à promouvoir l’efficacité du contrôle citoyen et partant, de la promotion de la moralisation de la gouvernance politique et économique.

Pour ce qui est de l’apport des médias dans la bonne gouvernance des marchés publics, le communicateur Parfait Silga a suggéré aux journalistes à s’intéresser de près aux marchés publics car ils représentent une part non négligeable du budget de l’Etat. Ainsi, selon le rapport annuel 2015 de l’Arcop, les marchés conclus en 2014 par les ministères et institutions s’élèvent à 296 596 128 295 francs CFA et, en 2015 les marchés conclus s’élèvent à 194 262 446 667 francs CFA.

Il est à noter que l’Autorité de régulation de la commande publique compte trois organes que sont : le conseil de régulation, le secrétariat permanent et l’organe de règlement amiable des différends (ORAD). C’est le Conseil de régulation qui administre l’Arcop, définit et oriente sa politique générale et évalue sa gestion dans les limites de ses attributions. Il est composé de neuf membres dont trois représentants de l’administration, trois du secteur privé et trois des organisations de la société civile. Faut-il le préciser, la qualité de membre du conseil est incompatible avec celle de membre de l’ORAD.

Le président du Conseil de régulation de l’Arcop n’a pas manqué de souligner la nécessité pour sa structure et les médias de travailler ensemble, car tous œuvrant pour la lutte contre la corruption et le faux, et la promotion de la bonne gouvernance.

Ylkohanno Somé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Jugez-vous important de mettre en place au Burkina un gouvernement paritaire Hommes-Femmes pour une meilleure représentativité des femmes dans les centres de décision?

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé