Aujourd'hui,
URGENT
Cannes: la Palme d’or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho, prodige sud-coréen
Justice: Maiza sérémé cède sa place à Harouna Yoda au TGI de Ouagadougou
France: explosion dans une rue piétonne à Lyon, six blessés, la piste du colis piégé privilégiée (parquet)
Chine-Burkina: «L’exportation des produits burkinabè vers  le marché chinois a augmenté de 300%» 
Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May a annoncé ce vendredi 24 mai qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin prochain
Burkina: la société civile demande aux communes minières de suspendre toute collaboration avec les sociétés minières
Burkina: une performance globale de 63,3% enregistrée par les structures du Premier ministère en 2018
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois

Image d'illustration (Coordination des syndicats du ministère en charge de l'Economie)

ECONOMIE

Selon une dépêche de l'Agence d'Information du Burkina (AIB) Les syndicats du ministère en charge de l’Economie ont annoncé samedi, la tenue du lundi 28 mai au vendredi 1er juin, de sit-in pour exiger la levée «des sanctions abusives et autocratiques», prises à leur encontre après une grève.

«Les travailleurs du MINEFID poursuivront la lutte (…) afin d’exiger la levée des sanctions abusives et autocratiques prises à l’encontre des travailleurs, notamment les responsables relevés de leurs postes de responsabilité pour fait de grève», a indiqué samedi, le porte-parole des syndicats du ministère en charge de l’Economie Mathias Kadiogo.

En rappel, le conseil des ministres du 23 mai a relevé de leurs fonctions, deux responsables du ministère de l’Economie, des Finances et du Développent (MINEFID), au cours de la grève du 21 au 25 mai.

Le ministre en charge de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou a estimé vendredi, qu’«’il n’a pas de justification à donner», car «la nomination reste le pouvoir discrétionnaire du ministre».

M. Kadiogo a annoncé la tenue de sit-in du lundi 28 mai au vendredi 1 juin prochain, de 8 heures à 14 heures dans les structures du MINEFID sur toute l’étendue du territoire national, dans les ambassades et consulats du Burkina Faso à l’étranger.

Il a aussi exigé «le respect des libertés syndicales et démocratiques des travailleurs du MINEFID ainsi que des réponses satisfaisantes à leurs points de revendication contenus dans le préavis du 14 mars 2018».

Face à l’avis du Conseil d’Etat qui stipule que le sit-in est illégal au Burkina Faso, les syndicats opposent l’avis du Bureau international du Travail (BIT), datant de 2014, qui affirme que «tant que la grève reste pacifique, les piquets de grève et l’occupation des locaux devrait être permis…».

Remis Fulgance Dandjinou a prévenu que les travailleurs qui obéiront à ce mot d’ordre de «grève», devront répondre des conséquences légales.

Mais pour Mathias Kadiogo, «en cas d’absence de réaction et de réponses satisfaisantes aux préoccupations (…), le mot d’ordre de sit-in sera reconduit du lundi 4 au vendredi 8 juin 2018».

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé