Aujourd'hui,
URGENT
Italie: Giuseppe Conte renonce à former un gouvernement (RFI)
Football: Salitas remporte la Coupe du Faso en battant l'ASFB par 2 buts à 0
Burkina: le gouvernement trouve illégale le sit-annoncé des syndicats des finances du lundi 28 mai au 1er juin 2018
Coopération: le Burkina Faso rétablit ses relations diplomatiques avec la République populaire de Chine
RDC: 50 morts dans le naufrage d’une embarcation dans le Nord-Ouest (RFI)
Putsch manqué: le procès rouvert ce 25 mai a été renvoyé au mardi 12 juin pour débuter avec l'interrogatoire des accusés
Burkina: Boureima Ouédraogo,  Ingénieur statisticien, nommé Directeur général de l’Institut national des statistiques et de la démographie
Burkina: 19 organisations syndicales ont invité ce 25 mai le gouvernement à respecter les textes régissant la liberté syndicale
Fespaco 2019 : le gouvernement burkinabè octroie un milliard de francs CFA pour accompagner les cinéastes burkinabè
Ouagadougou: un policier de l’UIP-PN tué par des individus armés non identifiés

ECONOMIE

Le Syndicat des travailleurs de la géologie des mines et des hydrocarbures (Syntragmih) est sorti de son silence ce mercredi 25 avril 2018. Les travailleurs de certaines mines et des hydrocarbures réclament l’application des heures supplémentaires dans les mines de Semafo à Wona et celle de Bissa Gold à Sabcé.


Selon Lassané Simporé, tout est parti des changements de cédules de travail au niveau des mines sans prendre en compte les préoccupations des travailleurs. A entendre M. Simporé, les différentes négociations n’ont pas permis l’avancée des revendications des travailleurs. «A Semafo, la direction a décidé de changer de cédules de travail en 7 jours de travail et 7 jours de repos conformément aux préoccupations des travailleurs mais sans la prise en compte des heures supplémentaires qu’engendre cette nouvelle approche dans le travail», fait remarquer Lassiné Simporé.

Du reste, le SG/Syntragmih indique que certaines mines telles que Essakane Iam Gold, la mine de Houndé Gold Opération, celle de Karma, la mine de Taparko (pour une partie du personnel), appliquent les dispositions légales et sont en phase avec les textes en la matière. Alors pourquoi Semafo qui est une entreprise citoyenne refuse-t-elle l’application des heures supplémentaires s’interroge le Syntragmih. Le syndicat conclu donc qu’«on tente de se soustraire à la loi et lorsque les travailleurs réclament la juste mise en application des textes, ils sont taxés d’extrémistes ou d’irresponsables.»

Une situation qui selon Lassiné Simporé, serait l’un des points qui bloquent les travaux pour l’adoption de la convention collective des mines. Par conséquent, les travailleurs des mines en général et ceux de Semafo, Bissa Gold et Komet, rejettent cette vision et demandent l’application des heures supplémentaires qu’engendreraient les nouvelles cédules de travail. Ils mettent en garde certains cadres, directeurs et anciens délégués qui «au lieu de contribuer à la résolution des problèmes posés, divisent et opposent les travailleurs entre eux dans l’objectif de saper leurs actions, réprimer ceux qui posent les problèmes et qui sont soucieux de l’avancée de la mine et ce, dans le respect environnemental des textes et loi de notre pays.»

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Le gouvernement annonce la tenue régulière du conseil des ministres dans les différentes régions du Burkina. Selon vous, c'est une décision:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé