Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

ECONOMIE

Le ministère des Infrastructures a tenu ce vendredi 16 mars 2018 son premier Conseil d’administration du secteur ministériel (Casem) de l’année à Ouagadougou. Une occasion pour le département en charge des infrastructures de faire le bilan des activités de l’année écoulée et d’adopter le programme d’activité de l’année 2018.

Placé sous le thème : «bilan 2017 du programme de désenclavement interne et externe du pays et perspective: examens des performances et définition des reformes, mesures et actions pour l’année 2018», ce Casem, aux dires du ministre des Infrastructures, Eric Bougouma, est un cadre privilégié de dialogue pour évaluer les réalisation de 2017 et dresser les perspectives de l’année 2018.

En termes de bilan, il a fait savoir que globalement, 5000 kilomètres en matière d’entretien courant sont en chantier, 1000 kilomètres en matière d’entretien périodique, près de 600 kilomètres de route en cours de bitumage ou dont les travaux sont en phase de démarrage. En outre, il a relevé que 1400 kilomètres de piste rurale sont achevées sur les 1775 kilomètres lancés et 1000 kilomètres de piste rurale dont l’appel d’offre est en cours. «Globalement, c’est un bilan bien entendu important» a dit le ministre Bougouma.

En matière de voirie urbaine, il indique qu’une cinquantaine de kilomètres de réhabilitation de route dans la ville de Ouagadougou et plus de 29 kilomètres dans la ville de Bobo-Dioulasso sont des perspectives «très intéressantes» pour l’année 2018. «Donc, si on ne peut pas s’auto satisfaire de ce résultat, il faut reconnaitre que le gouvernement burkinabè a mis tout le Burkina Faso en chantier et nous allons continuer sur cette voie cette année et les années à venir» se réjouit le ministre Bougouma.

Par ailleurs, il a précisé que la réhabilitation des routes dans la ville de Ouagadougou et les projets de bitumage pour cette année 2018 dans les quartiers périphériques sont destinées à améliorer la mobilité urbaine. Pour lui, étant donné que la question de la mobilité est l’affaire de plusieurs départements ministériels, un groupe de travail a été institué par le maire de la ville de Ouagadougou (…) et il y a eu un atelier qui s’est tenu pour discuter de cette question importante et apporter des solutions consensuelles et viables. «Je crois que très bientôt, les usagers de la ville de Ouagadougou verront les mesures qui seront mises en œuvre pour améliorer et fluidifier le trafic dans la ville de Ouagadougou» espère le ministre.

Les thèmes d’actualité feront l’objet de discussion au cours de ce Casem. Il s’agit notamment de la question du déplacement de réseau, des ralentisseurs. Selon le ministre, ce dernier aspect constitue une préoccupation majeure non seulement pour le ministère, les usagers des routes et pour les populations riveraines des principales routes du pays. «Les ralentisseurs, en même temps qu’ils sont nécessaires, obéissent aussi à des normes techniques qui doivent être respectées. Ce qui nous fait dire que les ralentisseurs ne constituent pas la principale solution aux accidents sur nos routes mais, il y à l’excès de vitesse. La solution, c’est d’abord la prise de conscience des usagers de nos routes quant au respect des règles en matière de circulation routière notamment le respect de la limitation de vitesse» a conclu le premier responsable du ministère des Infrastructures.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé