Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir

ECONOMIE

La ministre en charge de  l’Economie numérique Hadja Ouattara/Sanon a indiqué jeudi, que la mise en place d’un identifiant unique de la personne au Burkina Faso,  permettra de centraliser les données et d’opérer des économies.

«La création tout azimut d’identifiant dans plusieurs secteurs, des numéros d’identité nationale, de passeports, de matricules des universités et écoles, des carnets de santé, de cartes de sécurité, de comptes bancaires, des  matricules des fonctionnaires et employés du privé, des numéros de téléphone...  ne sont pas de nature à faciliter la gestion des bases de données et mieux encore le croisement des bases de données », a affirmé la ministre Mme Hadja Ouattara.

La ministre en charge du développement de l’Economie numérique s’exprimait jeudi à Ouagadougou,  à l’ouverture des travaux d’un atelier national, sur l’identifiant unique électronique de la personne. Elle a signalé que la rencontre intitulée « Mise en place d’un identifiant unique électronique de la personne au Burkina »  est une opportunité pour les burkinabè,  de s’inspirer de l’expérience d’autres pays tels que le Rwanda, l’Inde et l’Estonie.

Pour Mme Hadja Ouattara, ces 48 h d’échanges constituent un  début de recherche de politique adéquate pour aboutir à une feuille de route consensuelle pour le développement du pays. Pour elle, l’intérêt de la mise en place  de l’identifiant unique permettra,  de centraliser via une seule base de données, l’ensemble des éléments d’identification des personnes (nationaux, résidents et passagers.)

De son avis, l’identifiant unique va permettre également de réaliser des économies substantielle, car signale-t-elle, la revue des listes électorales, à elle seule, a coûté environ 7 milliards de FCFA  au budget national.

«La mise en place de l’identifiant unique à travers une seule base de donnée consolidée éviterait à l’Etat la répétition de la révision des listes électorales et par conséquent d’économiser d’énormes moyens qui pourraient être affectés à d’autres secteurs», a soutenu Mme Ouattara.

La ministre a expliqué,  qu’au regard de l’expansion démographique dans les sociétés, l’identifiant unique demeure de nos jours, un outil de sécurité, de transparence et de développement économique.

Le représentant du chef de l’Etat et ministre d’Etat auprès de la présidence du Faso, Simon Compaoré a souligné que les technologies  de l’information et de la communication(TIC) sont en passe,  de s’imposer comme un élément nécessaire et indispensable dans les secteurs de la vie humaine. A entendre M. Compaoré, leur usage est source de développement et de prospérité pour des peuples comme le nôtre. «Conscient donc des opportunités qu’offrent les TIC, le Burkina Faso s’engage à en faire usage dans la maîtrise des questions identitaires, de l’état civil et des mouvements des populations sur le territoire », a- t-il confié.

Agence d’Information du Burkina

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé