Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir
Mozambique: le bilan humain du cyclone «pourrait dépasser les 1000 morts»
Musique: le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agressions sexuelles sur mineure
Mozambique: la ville de Beira terrassée après le passage du cyclone Idai, 73 morts comme bilan provisoire
Golf: le Burkina Faso remporte la « Ryder cup 2019 » devant le Japon
Burkina: Trois morts et des blessés dans l’attentat à la mine dans la Komandjari, Est du pays (AIB)
Pays-Bas: fusillade dans un tramway, au moins un mort plusieurs blessés

Pauline Zouré, secretaire d'Etat en charge de l'aménagement du territoire

ECONOMIE

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présidé ce jeudi 15 février 2018 à la primature la session extraordinaire du Comité d’orientation stratégique du Programme d’urgence pour le Sahel du Burkina Faso (PUS-BF). Cette séance a permis de faire le point des activités menées en 2017 et d’adopter le plan de travail de l’année 2018.

Le plan de travail 2018  ainsi adopté va couter à l’exécutif la somme de 154,9 milliards de F CFA avec un gap de financement de près de 40 milliards. Pour Pauline Zouré, la secrétaire d’Etat en charge de l’aménagement du territoire, ce gap sera mobilisé au cours de la tenue prochaine d’une table ronde avec les partenaires techniques et financiers.  Comme bilan, elle a indiqué qu’en six mois de fonctionnement du programme, le gouvernement a déjà injecté sur le terrain plus de 81 milliards, ce qui représente 42%  des activités retenues au titre de l’année 2017. 

« Nous avons véritablement un engagement des partenaires qui ont été satisfaits pour l’effort que le gouvernement a consenti pour ce qui concerne le financement sur seules ressources de l’Etat du plan de travail de 2017. Nous avons beaucoup de partenaires qui se sont engagés à nous accompagner et à date, nous estimons une contribution de près de 80 milliards au titre de l’apport des partenaires techniques et financiers » a expliqué la secrétaire d’Etat.

Outre cela, le comité d’orientation a pris plusieurs décisions à savoir  l’organisation de la table ronde précédemment  indiquée, l’implication du génie militaire pour la mise en œuvre des activités dans les régions et zones confrontées à de graves problèmes d’insécurité et l’inauguration des infrastructures déjà construites dans le cadre du programme d’urgence pour le Sahel.

Construction de deux commissariats, de Centres de santé et de promotion sociale (CSPS), de forages, d’adduction d'eau potable simplifiée et la réalisation de plus de 80 hectares de périmètres maraichers, sont entre autres les infrastructures déjà réalisées au titre de l’année 2017 selon Mme Zouré.

« Dans tous les ministères qui sont concernés par la mise en œuvre du programme, beaucoup de lignes ont bougé. Pour ce qui concerne le plan de travail de 2017, nous avions dans le pipeline, plus de 200 marchés avec l’ensemble des ministères concernés dans la mise en œuvre et nous sommes aujourd’hui à près de 42% de taux d’exécution » a fait savoir la secrétaire d’Etat. 

D’un coût de 455 milliards de F CFA, le Programme d’urgence pour le  Sahel du Burkina Faso couvrant la période 2017-2020 a été adoptée en Conseil des ministres du 21 juin 2017. Son objectif est de contribuer à l’amélioration de la sécurisation des personnes et des biens et le développement économique et social dans la région du Sahel et d’une partie de la Région du Nord. La sécurité, l’éducation, la santé, l’approvisionnement en eau potable sont, entre autres, les domaines concernés par ledit programme.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé