Aujourd'hui,
URGENT
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants
Economie: le prix Nobel d'économie a été attribué à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer

ECONOMIE

Le Burkina Faso vise à travers son programme d’urgence pour la relance industrielle, la création de 83500 emplois directs et 620 000 emplois indirects selon l’Agence d’information du Burkina.

Dans la dynamique des programmes pour la réalisation du développement du Burkina Faso, le gouvernement entend mettre en œuvre un programme d’urgence d’industrialisation. Un atelier est organisé ce mardi 13 février 2018 sous la présidence du Premier ministre en vue de valider le document dudit programme pour la mise en place d’unités industrielles dans les secteurs porteurs de l’économie burkinabè.

«C’est un programme qui vise à permettre au gouvernement de mobiliser les acteurs, le secteur privé, les partenaires techniques et financiers autour de nos objectifs spécifiques à savoir la création d’emplois, en vue de réduire la pauvreté et améliorer les conditions de vie des populations», a précisé le conseiller spécial du Premier ministre Pr Mahamadou Diarra.

La mise en œuvre de ce programme d’urgence va générer 83 500 emplois directs grâce aux unités de production qui seront mises en place et 620 000 emplois indirects grâce au développement des activités en amont et en aval de ces unités industrielles, a-t-il poursuivi.

«L’amélioration des conditions de vie de nos populations à travers la réduction de la pauvreté est l’objectif ultime de notre politique», indique le discours du Premier ministre Paul Kaba Thiéba, lu par son  représentant Bamory Ouattara, secrétaire général du Premier ministère à la cérémonie d’ouverture.

Cela passe donc par la mise en place et le soutien d’un secteur privé dynamique et innovant, créateur de valeur ajouté et d’emplois décents, afin d’atteindre l’objectif de «faire du Burkina Faso un pays émergent grâce à l’essor d’un secteur industriel compétitif à forte valeur ajoutée et créateur d’emplois décents contribuant à réduire la pauvreté».

Le document qui va être validé permettra au gouvernement de disposer d’un instrument de mobilisation des acteurs et des partenaires autour des actions devant contribuer à la réalisation de ses objectifs.

En outre, le programme d’urgence vise à accroitre le taux de transformation des produits locaux, créer des emplois décents, diversifier et accroitre les exportations manufacturières du pays et  réduire le degré de dépendance du Burkina Faso en matière d’importations.

Les secteurs prioritaires du Programme d’urgence d’industrialisation ont justement été sélectionnés sur la base de leur potentiel de création d’emplois, de la disponibilité de matières premières, de leur potentiel d’exportation etc.  Ce sont les filières bétail-viande, coton-textile, carrière et matériaux de construction, fruits et légumes.

Ce document est aussi un instrument d’opérationnalisation de la politique du secteur de planification «Transformations industrielles et artisanales».

 

Source : Agence d’information du Burkina

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé