Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

ECONOMIE

Après le Benin, le Burkina Faso abrite cette année la 19ème édition du tirage de la Masse commune Uemoa des loteries. Ce lundi 8 janvier 2018 à Ouagadougou, en présence des différents directeurs généraux des loteries nationales des pays membres, a eu lieu la cérémonie d’ouverture des travaux de cette édition. Elle a été présidée par le ministre délégué chargé du budget, Edith Clémence Yaka, représentante du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement.



Fédérer les sociétés de loteries et de Pari mutuel urbain (PMU) afin de contribuer à raffermir les liens d’intégration, tel est entre autres l’objectif poursuivi par cette organisation. L’organisation de cette masse commune consiste à organiser un pari mutuel urbain commun au niveau de tous les Etats membres de l’Union économique et monétaire Ouest-africain (Uemoa).
Pour le directeur général de la Loterie nationale burkinabè (Lonab), Simon Touwindé Tarnagda, il s’agit d’une course mise en commun par l’ensemble des pays de l’Uemoa. Le but de ce tirage de la masse commune, explique-t-il, «est de faire en sorte que, les parieurs qui participent à ce jeu (un quinté spécial) qui aura lieu le jeudi 11 janvier prochain, partagent exactement les mêmes lots au niveau de tous les pays de l’espace Uemoa. C’est une assiette de joueur que nous avons élargi pour traduire notre volonté de participer à l’intégration de notre espace Uemoa, élargissant ainsi l’espace d’intégration qui existait déjà au niveau des pays membres du Conseil de l’entente».

Ce jeu, précise M. Tarnagda, a été décidé de commun accord. «Il a fallu qu’on fasse un règlement avec un prix commun pour tous les participants à ce jeu. Le prix est de 300F Cfa et les gains seront déterminés après le dépouillement qui aura lieu dans les endroits où le jeu aura lieu. Et, après tout sera centralisé au niveau de Ouagadouogu, ville hôte de cette 19ème édition» a justifié le directeur général de la Nationale des jeux du hasard.

Ainsi, pour la représentante du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Edith Clémence Yaka, le Burkina Faso marque son intérêt pour l’intégration sous régionale. Pour elle, l’organisation de cet évènement est une occasion concrète de marquer cette intégration des populations de ces différents pays membres de l’Uemoa. «Nous sommes dans le combat de cette intégration qui nous permettra d’atteindre de véritables objectifs qu’à se confiner au niveau national» dit-elle.

Une initiative qu’elle salue à sa juste mesure et dit soutenir  car, selon elle, ces différentes loteries contribuent énormément au développement socioéconomique de nos pays.
Aux dires du directeur général de la loterie nationale du Sénégal (Lonase) et par ailleurs  président de l’Association des loteries Afrique (ALA), Amadou Samba Kane, cette initiative remonte dans les années 1997. A l’en croire, l’idée de création de cette masse commune est parti du Burkina.  C’est ainsi que, indique M. Kane, la Côte d’Ivoire, le Sénégal en plus du Burkina Faso concrétisent l’idée d’une masse commune qui sera programmée pour 1997. «Dès lors, on pensa au concept d’une Masse commune à l’instar de la Tranche commune entente des pays membres du Conseil de l’entente et c’est en 1998 qu’a eu lieu la première édition au Sénégal» a-t-il souligné.

A l’instar de tous les autres pays de l’Uemoa,  la Loterie nationale de Côte d’Ivoire (Lonaci) participe à ce tirage. A entendre son premier responsable, Dramane Coulibaly, les bénéfices de ce tirage serviront à financer une œuvre communautaire qui profitera à l’ensemble des populations des Etats membres. Et comme cette année, selon toujours ses propos, le tirage se tient au Burkina donc, ces bénéfices profiteront à la communauté burkinabè.

Le Benin qui a organisé le tirage l’année antérieure dit avoir obtenu plus d’engouement. «Nous avons accumulé l’expérience des uns et autres et nous avons appris beaucoup. Ce tirage a permis au  Benin d’accroitre sa visibilité et d’engouement supplémentaire pour nos différents jeux» a relevé Gaston Zassou, directeur général de la loterie du Benin. 
Il est à noter que ce sont tous les pays membres de l’Uemoa qui prennent part à cette 19ème édition à l’exception de la Guinée Bissau. Elle est membre de l’Association des loteries Afrique mais, elle n’organise pas la Masse commune Uemoa.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

La mise en œuvre des recommandations de la conférence nationale des forces vives de la nation sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat peut-elle mettre fin aux grèves à répétition au Burkina?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé