Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

ECONOMIE

Du 30 novembre au 2 décembre prochain se tient à Ouagadougou le premier salon régional sur le commerce électronique, le «E-commerce Ouaga», sous le thème «Etats des lieux du e-commerce et sécurisation des échanges électroniques au Burkina Faso». La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce jeudi 30 novembre 2017.

«E-commerce Ouaga» est un salon éclectique par sa globalité. C’est aussi la réalisation d’un annuaire électronique et papier des acteurs du e-commerce. Pour le directeur du Salon, Anselme Mano, E-commerce Ouaga est une «plateforme internationale de partage sur les enjeux, opportunités et innovations de l’économie numérique et de découvertes de services et solutions innovantes». A l’écouter, il est donc impératif que l’Afrique, en particulier le Burkina Faso, s’approprie les outils et les solutions idoines pour révéler les défis liés au commerce électronique.

«Nous devons être à mesure de tropicaliser le commerce électronique. Nous devons trouver des solutions propres à notre contexte en s’appuyant sur le socle technologique commun à notre village planétaire», a-t-il fait savoir. Et Tontama Charles Millogo, président de l’Arcep, d’annoncer la partition de sa structure pour mettre en place, de concert avec l’ensemble des acteurs, les conditions idoines à l’adoption des TICs dans l’économie. «Au niveau africain, sous régional et au Burkina, nous travaillons à renforcer la gouvernance de l’économie numérique», a dit le parrain.

Pour Alassane Ouédraogo, représentant du ministre en charge de l’Economie numérique, le moment est venu d’adopter le e-commerce. Il estime que ce salon s’inscrit en droite ligne avec les projets du département de l’Economie numérique et du Développement dont l’un des six axes principaux de la politique nationale en matière du numérique est le e-commerce.

Il a indiqué que ce cadre de rencontre est donc une opportunité réelle pour des exposants de tisser des partenariats, de travailler en synergie pour offrir une expérience horizontale complète du e-commerce au Burkina.

A l’en croire, les visiteurs professionnels pourront découvrir et s’approprier les outils qui leur permettront de pouvoir optimiser leur point de vente physique, savoir comment vendre des produits ou services sur l’internet, entre autres. «Le numérique façonne notre société dans toutes ses dimensions, il modifie notre accès à l’information, notre manière de concevoir les produits de demain, d’analyser notre environnement, de participer à la vie démocratique. Il est porteur d’espoir pour construire une société durable et permettra au citoyen de mieux travailler, aux entreprise de mieux produire et à la jeunesse de mieux apprendre», a expliqué M. Ouédraogo.

Durant 72 heures, cet évènement panafricain réunira les professionnels du commerce électronique autour de conférences thématiques, de rencontres d’affaires B2B, des expositions et une soirée de clôture avec la cérémonie des E-commerce awards.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé