Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

ECONOMIE

Ce communiqué des organisations patronales de la presse privée porte sur le règlement des factures impayées des entreprises de presse privée.


« Le lundi 19 juin 2017, le premier Paul Kaba Thiéba a animé une conférence de presse au cours de laquelle, la question du règlement des factures impayées de la presse privée a été évoquée. En réponses aux questions des journalistes, le premier Ministre a affirmé que la dette de la presse a été apurée.
Les organisations patronales de la presse privée ont fait le point auprès de leurs membres notamment les responsables d’entreprises de presse. Il en ressort que si des procédures et des engagements sont en cours, la grande majorité des entreprises n’ont pas encore reçu de paiement jusqu’à la date du 20 juin 2017. Les quelques paiements qui sont engagés ne concernent qu’une infime partie des dettes. Ce qui signifie, que contrairement aux propos du Premier ministre, la dette est loin d’être apurée.

Par ailleurs, le Premier ministre a déclaré que « la plupart de ces dettes n’étaient pas documentées ». Cela n’est pas conforme à la réalité. Car s’il y a des dettes non documentées, ce n’est certainement pas la plupart puisque pour l’essentiel, des factures ont été transmises aux ministères concernés et à bonne date. Mieux, dans plusieurs cas, les directions de l’Administration et des finances (DAF) ont reçu, et chaque fois à leur demande, les mêmes factures parfois deux ou trois fois, voire plus. Ce ne sont donc pas les dettes qui ne sont pas documentées. C’est surtout l’administration qui a des soucis d’archivage et de gestion des factures.

Dans tous les cas, si des difficultés particulières bloquent le processus, il appartient aux ministères et institutions d’aviser les entreprises concernées afin que des solutions idoines puissent être trouvées.

Les organisations patronales constatent, avec regret, que le gouvernement et surtout le Premier ministre n’ont pas la situation exacte des dossiers d’apurement de la dette de la presse privée et que l’administration ne fait pas diligence, conformément aux instructions du Chef du gouvernement le 14 mai, pour l’accélération de la liquidation des créances soit au plus tard le 29 mai.

Aussi, les organisations patronales de la presse privée, exhortent le Premier ministre et les différents démembrements ministériels, à joindre l’acte à la parole pour un apurement dans les meilleurs délais, de ces dettes en souffrance des mois et années durant. Il y va de la survie de plusieurs entreprises de presse dont, l’importance n’est plus à démontrer, en termes d’informations des citoyens sur l’actualité, les questions de démocratie et de bonne gouvernance au profit de tous.»


Ouagadougou le 26 juin 2017

Pour la SEP, Boureima OUEDRAOGO, Président       
Pour l’UNALFA, Charlemagne ABISSI
Pour l’UBESTV    , Issoufou SARE, Président   
Pour l’AEPML, Cyriaque PARE, Président

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé