Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

ECONOMIE

Ce communiqué des organisations patronales de la presse privée porte sur le règlement des factures impayées des entreprises de presse privée.


« Le lundi 19 juin 2017, le premier Paul Kaba Thiéba a animé une conférence de presse au cours de laquelle, la question du règlement des factures impayées de la presse privée a été évoquée. En réponses aux questions des journalistes, le premier Ministre a affirmé que la dette de la presse a été apurée.
Les organisations patronales de la presse privée ont fait le point auprès de leurs membres notamment les responsables d’entreprises de presse. Il en ressort que si des procédures et des engagements sont en cours, la grande majorité des entreprises n’ont pas encore reçu de paiement jusqu’à la date du 20 juin 2017. Les quelques paiements qui sont engagés ne concernent qu’une infime partie des dettes. Ce qui signifie, que contrairement aux propos du Premier ministre, la dette est loin d’être apurée.

Par ailleurs, le Premier ministre a déclaré que « la plupart de ces dettes n’étaient pas documentées ». Cela n’est pas conforme à la réalité. Car s’il y a des dettes non documentées, ce n’est certainement pas la plupart puisque pour l’essentiel, des factures ont été transmises aux ministères concernés et à bonne date. Mieux, dans plusieurs cas, les directions de l’Administration et des finances (DAF) ont reçu, et chaque fois à leur demande, les mêmes factures parfois deux ou trois fois, voire plus. Ce ne sont donc pas les dettes qui ne sont pas documentées. C’est surtout l’administration qui a des soucis d’archivage et de gestion des factures.

Dans tous les cas, si des difficultés particulières bloquent le processus, il appartient aux ministères et institutions d’aviser les entreprises concernées afin que des solutions idoines puissent être trouvées.

Les organisations patronales constatent, avec regret, que le gouvernement et surtout le Premier ministre n’ont pas la situation exacte des dossiers d’apurement de la dette de la presse privée et que l’administration ne fait pas diligence, conformément aux instructions du Chef du gouvernement le 14 mai, pour l’accélération de la liquidation des créances soit au plus tard le 29 mai.

Aussi, les organisations patronales de la presse privée, exhortent le Premier ministre et les différents démembrements ministériels, à joindre l’acte à la parole pour un apurement dans les meilleurs délais, de ces dettes en souffrance des mois et années durant. Il y va de la survie de plusieurs entreprises de presse dont, l’importance n’est plus à démontrer, en termes d’informations des citoyens sur l’actualité, les questions de démocratie et de bonne gouvernance au profit de tous.»


Ouagadougou le 26 juin 2017

Pour la SEP, Boureima OUEDRAOGO, Président       
Pour l’UNALFA, Charlemagne ABISSI
Pour l’UBESTV    , Issoufou SARE, Président   
Pour l’AEPML, Cyriaque PARE, Président

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé