Aujourd'hui,
URGENT
Education: le Burkina et la Coopération suisse signent ce 27 avril deux accords de financement d’un montant de 12 milliards de FCFA.
Banankeledaga : le bacillus anthracis responsable de la mort d’une soixantaine de bœufs le 18 avril dernier (MRAH).
Fonction publique : au total 22 755 postes à pourvoir dont 4 278 pour les concours professionnels.
Fonction publique: 11 096 postes à pourvoir pour les concours directs.
Fonction publique: 7 381 postes à pourvoir au titre des mesures nouvelles.
Fonction publique: 205 médecins, pharmaciens, chirurgien-dentistes seront recrutés cette année, contre 150 en 2016.
Centrafrique:  la Burkinabè Adelaïde Dembélé nommée juge d’instruction à la Cour Pénal Spéciale de la République Centrafricaine.
Police: le contrôleur général de police, Jean-Bosco Kienou, nommé directeur général de la police nationale.
Police: Le directeur général, Lazare Tarpaga, a rendu sa démission.
Justice: le procureur du Faso se défend d'avoir voulu humilier l'homme d'affaires Inoussa Kanazoé.

Les dirigeants de la société ont rendu visite au ministre en charge de l’Economie numérique, Fatimata Ouattara

ECONOMIE

Orange, l’un des principaux opérateurs de télécommunication dans le monde, a lancé sa marque au Burkina Faso ce jeudi 16 mars 2017. A l’occasion, Bruno Mettling, Président directeur général du groupe Orange Afrique et Moyen Orient et sa suite, ont été reçus par la ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes, Fatimata Ouattara et par le Premier ministre du Burkina Faso, Paul Kaba Thiéba. Avec ces personnalités, la délégation échangé sur les perspectives de Orange Burkina pour notre pays.


Premier opérateur à lancer les services financiers sur mobile et Internet mobile, Orange Burkina entend mettre son expérience au service du Burkina. C’est du moins ce qu’a affirmé le P-DG du groupe Orange Afrique et Moyen Orient à sa sortie des différentes audiences accordées les autorités burkinabè. «Nous devons l’expérience Orange à ce beau pays qui nous a fait confiance», a indiqué M. Mettling.

Les dirigeants de la société ont d’abord fait un tour au ministère en charge de l’Economie numérique. En les recevant, la patronne des lieux, Fatimata Ouattara,  a insisté sur les attentes des populations en matière de qualité de service et de compétitivité des offres. Elle a souhaité aussi qu’Orange s’inscrive dans le Plan national pour le développement économique et social (PNDES).

Fatimata Ouattara, qui rêve d’accélérer la digitalisation du Burkina Faso vers le tout numérique compte sur «l’apport des opérateurs de téléphonie mobile pour la réalisation de cette ambition».
La ministre en charge de l’Economie numérique a assuré que le gouvernement du Burkina Faso est engagé à travailler avec Orange pour l’atteinte des objectifs respectifs.

Mme Ouattara se réjouit d’avance de l’arrivée de Orange parce que cela va créer, selon elle, une émulation dans le milieu des opérateurs de téléphonie. Ce qui pourrait se traduire par une fluidification des communications téléphoniques, un accès à l’Internet haut débit et tout cela à un prix accessible à tous les Burkinabè. «Nous espérons que cela puisse créer de l’emploi direct et indirect pour la jeunesse. Le consommateur burkinabè va être réconforté dans ses usages avec une meilleure qualité de service. C’est donc pour le bonheur des consommateurs burkinabè», a ajouté la ministre.
 
Puis, la délégation a mis le cap sur le Premier ministère, où elle a été reçue par Paul Kaba Thièba, qui a formulé les mêmes préoccupations que Mme Ouattara. D’après le chef du gouvernement, l’arrivée d’Orange devrait contribuer à réduire le chômage des jeunes.

Le P-DG Orange Afrique et Moyen Orient dit avoir pris bonne note des suggestions des autorités. Il a révélé que des engagements très précis ont été pris pour pouvoir contribuer au succès du PNDES avec, entre autres, une amélioration de la qualité du réseau et de l’offre au bénéfice des citoyens.

Entreprise internationale très attentive aux besoins des populations, Orange Burkina s’engage sur deux investissements très importants d’ici la fin de l’année 2017. Le premier est une liaison par fibre optique qui va contribuer à désenclaver le Burkina Faso. «Parce que nous allons le relier non seulement au Ghana mais également à la Côte d’Ivoire et au Mali à travers un réseau de fibre optique. Nous nous sommes également engagés à renouveler les équipements mobiles à travers un gros contrat pour que le Burkina ait les équipements les plus récents au meilleur standard, le tout dans une offre compétitive», a affirmé M. Mettling.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Etes-vous d’accord avec le Premier ministre pour affirmer que «Burkina is back»?

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé