Aujourd'hui,
URGENT
Kenya: après l'invalidation des élections des juges "attaqués et menacés" selon David Maraga président de la cour suprême.
Parlement: Alassane Sakandé chez le Mogho Naaba pour «recueillir ses conseils et demander des bénédictions pour le succès de sa mission».
Burkina: «Tourisme interne: enjeux et défis», c’est le thème du 12e SITHO qui se tient du 28 septembre au 1er octobre.
Côte d’Ivoire: 15 ans après la rébellion, Soro dit ne ressentir aucune honte à demander pardon.
ONU: une cinquantaine de pays signent un traité interdisant symboliquement l’arme nucléaire.
Politique: le Cadre d’expression démocratique maintient son "grand meeting de veille citoyenne" le 7 octobre, malgré les vives critiques. 
Hadj 2017: une première vague de plus de 400 pèlerins burkinabè de retour à Ouagadougou, 10 décès enregistrés.
Nécro: Pascal Tiiga Ouédraogo, l'ancien maire de l'arrondissement de Sig Nongin, est décédé mercredi.
Sport : Cuba veut apporter son expertise en boxe et en athlétisme, selon le ministre cubain des Sports.
Burkina:  le président de la BAD, Dr Akinwumi Adesina, en visite officielle du 27 au 29 septembre 2017.

ECONOMIE

Pour obtenir des prix consensuels qui prennent en compte les intérêts des consommateurs sans pour autant nuire à ceux des opérateurs économiques, le gouvernement burkinabè a mis en place un Cadre de concertation tripartite (CCT) depuis juin 2011. Sa mission essentielle : proposer les prix pour les produits de grande consommation et faire des recommandations sur l’organisation de la production et de la consommation. Neuvième du genre, la session ordinaire du CCT qui se tient ce mardi 14 mars 2017 à Ouagadougou aura pour résultat essentiel, de faire des propositions aux problèmes de la vie chère.

Depuis son institution, le CCT a tenu huit assemblées générales ordinaires et extraordinaires. La huitième qui a eu lieu le 26 avril 2016 a abouti au plafonnement des prix des produits tels que le maïs à 155 FCFA/kg soit 15.500 FCFA le sac de 100 kg ; le sorgho blanc à 155 FCFA/kg soit 15.500 FCFA le sac de 100 kg ; le petit mil à 190 FCFA/kg soit 19.000 FCFA le sac de 100 kg. Outre le plafonnement des prix de ces produits, il a été envisagé la réduction du prix d’autres produits de grande consommation tels que le ciment, le fer à béton, les tôles, etc.

Malgré cet effort de maintenir les prix à des niveaux acceptables, certains produits comme le sucre, le riz, l’huile, le savon et aujourd’hui le pain, sont au centre des plaintes des populations du fait de l’augmentation de leurs prix. La comparaison des prix faite par Sibiri Sanou, secrétaire général du ministère en charge du Commerce, l’on retient que les prix des produits de grande consommation ont substantiellement augmenté. C’est donc le lieu pour le CCT, d’examiner les prix d’un certain nombre de produits vitaux afin de soulager la souffrance des populations.

Ainsi, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Stéphane Sanou, a proposé que les prix de certains produits soient examinés. Il s’agit notamment du riz, des céréales locales, des huiles alimentaires, du sucre, de la farine de froment, du pain, du lait et produits de la laiterie, du savon, du ciment, du fer à béton, des tôles, des hydrocarbures et des articles scolaires. Pour le ministre Sanou, «les conclusions de cette rencontre s’appliqueront à toutes les parties prenantes».

Pour sa part, la Ligue des consommateurs, représentée par son secrétaire général du Centre, Pascal Zaïda, pense sortir de cette rencontre avec des prix abordables et des produits de qualité pour l’ensemble des consommateurs.
 
Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Selon vous, Bala Alassane Sakandé est véritablement la personne qu’il faut pour présider l’Assemblée nationale.

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé