Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

CULTURE

Le viol et l’inceste sont des crimes punis par les différentes lois en vigueur. Un seul hic demeure : les victimes de ces agressions sexuelles  sont marquées à vie et souvent ont peur d’en parler pour éviter le regard de la société. Mais pour le chorégraphe Seydou Boro, il faut en parler pour que ces victimes soient soulagés et essayent d’oublier ces moments horribles. « Kotéba» est sa dernière création chorégraphique et au cours d’une quarantaine  de minutes, par des mouvements synchronisés du corps, il en parle sans tabous, torse nu et en tunique rouge, symbole fondamental du principe de vie.

L’avant-première de cette création hautement orchestrée est prévue les 13 et 14 septembre 2019 à Anvers en Belgique. Mais avant ces dates, le chorégraphe a présenté un avant gout de « Kotéba» au public ouagavillois. C’était le samedi 3 août dernier au Centre de développement chorégraphique (CDC), la termitière.

« Coté bas parle d’un rituel. Ce rituel se veut un moment où on se raconte des choses. Et dans ce rituel, je parle du viol et de l’inceste car dans nos sociétés comme celle du Burkina, certains pensent que ça n’existe pas alors que cela existe bel et bien. Donc je voulais mettre l’aiguille sur la plaie pour qu’on en parle. Il y a de nombreuses personnes qui subissent cela mais qui se taisent. Cette thématique me tenait à cœur et il fallait que l’on mette cela sur la place publique » a fait savoir Seydou Boro.

Pour le chorégraphe, le viol par exemple est prescrit sur une période de 10 ans en règle générale. Ce qui est frustrant pour le chorégraphe qui estime que la victime vivra éternellement avec le mal. « Mon ami fait l’amour avec sa femme mais ils ne sont jamais deux. Ils sont trois car à jamais il y a toujours la présence d’une troisième personne, l’ombre du violeur est quasi-permanente » raconte l’auteur de Kotéba dans la création. Il estime qu’il y a des responsables et ces derniers doivent répondre.

Après l’avant-première en septembre prochain en Belgique, le public burkinabè pourra redécouvrir le rituel de Seydou Boro au cours du Festival Dialogues de corps.

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé